Urgent

les chinois en complicité avec des gambiens pillent la forêt du senegal

Accueil / 9 juillet 2014
actuvert.com

actuvert.com

Dans les villages situés le long de la frontière entre le Sénégal et la Gambie essaiment des trafiquants de tout poil. Ils détruisent les dernières grandes forêts sénégalaises avec la complicité d’autorités gambiennes qui délivrent des autorisations de commercialisation alors que l’exploitation forestière y est formellement interdite.

Saré Bodji. Le nom n’évoque pas grand-chose pour le commun des Sénégalais. C’est un village situé à la frontière entre le Sénégal et la Gambie. Ici, des milliers et des milliers de bions de venne sont entassés sur de vastes étendues. La découverte fait frémir et renseigne sur le rythme des coupes. Celles-ci se sont accélérées quand des Chinois, installés en Gambie, se sont mis à exporter du bois. Pourtant, l’exploitation forestière est interdite dans ce pays, et les forêts sont directement gérées par le chef de l’Etat. Aussi, les populations gambiennes utilisent le bois d’œuvre (meuble), le bois de service (charpente, sculpture) et le charbon de bois. Comble du paradoxe, la Gambie exporte même du bois, et c’est connu de tous, même des autorités sénégalaises.
Les villages situés le long de la frontière, comme Saré Mussael, Saré Diaobé, sont devenus des « ports » secs où les troncs sont stockés avant leur acheminement dans des camions au port de Banjul. Les commerçants chinois s’adonnent donc, en toute impunité, à ce commerce lucratif avec la complicité d’autorités gambiennes.


Étiquettes :



Vision Verte




Article précédent

Le charbon est un tueur de mineurs en série

Article suivant

Hello world




Plus d'articles

Le charbon est un tueur de mineurs en série

Le charbon est un tueur de mineurs en série, il décime aussi les populations, il est nettement plus radioactif qu’une...

9 July 2014