Urgent

‘’Foyre Rewbe’’, un projet pour fournir de l’énergie propre à 400.000 personnes

Accueil / 16 juillet 2014
actuvert

actuvert

Le projet ‘’Foyre Rewbe’’, lancé mardi à Tambacounda, vise à fournir de l’énergie propre à 400.000 personnes dans les régions de Tambacounda et Kédougou, à travers un soutien entrepreneurial et financier apporté à 250 femmes chefs d’entreprises, en vue d’améliorer leur position dans la chaîne de valeur, selon les initiateurs.

Financé par Energia, un réseau international travaillant sur le genre et l’énergie, le projet ‘’Foyre Rewbe’’ (l’énergie renouvelable au service des femmes en langue peul), est exécuté par l’ONG britannique GVEP et Sem Fund.

‘’Au cours des trois prochaines années, 250 chefs de micro et petites entreprises dans l’est du Sénégal verront augmenter leur productivité ainsi que leur accès à des produits et services énergétiques’’, indique un document remis à la presse lors de la cérémonie de lancement du projet à la mairie de Tambacounda.

Présidée par Maguette Diouck, adjoint au gouverneur de Tambacounda, chargé du développement, la cérémonie avait enregistré la présence notamment de femmes leaders venant des deux régions cibles, ainsi que d’élus locaux.

L’appui du projet sera dispensé à travers un ‘’mentorat sur mesure ainsi qu’un soutien entrepreneurial et financier fourni par les (initiateurs) du projet’’, note la même source.

Quelques 150 femmes seront appuyées dans la production, la vente et la distribution de produits énergétiques, alors que 100 autres seront choisies dans la production agricole et la transformation, a expliqué Constaza Robles, la coordinatrice du projet ‘’Foyre Rewbe’’.

Les bénéficiaires sont des femmes qui ont déjà une entreprise et qui ont manifesté leur enthousiasme à travailler avec le projet, a-t-elle précisé, en marge de la cérémonie de lancement.

Les bénéficiaires seront choisies à titre individuel ou dans le cadre d’un groupement féminin, a-t-elle dit, faisant remarquer qu’aucune activité ne peut se faire sans énergie.

Le projet identifiera les besoins des femmes dans leurs secteurs d’activités respectifs, pour ensuite les mettre en lien avec les institutions financières, auprès desquelles elles pourront bénéficier de financement.

Auparavant, les femmes seront formées à l’utilisation des banques, a dit la coordinatrice, qui a relevé que cette approche s’inscrit dans un souci de durabilité, pour une pérennité des activités au-delà du projet.

Le principe consiste à diffuser ces technologies simples, reproductibles ailleurs auprès de femmes qui pourront servir de modèles.

Le projet proposera ainsi aux bénéficiaires des technologies énergétiques mises au point pour satisfaire leurs besoins. Les initiateurs ont déjà mis au point des ‘’fourneaux propres’’ et qui permettent de réduire de 49% la consommation en combustible, a dit Constanza Robles. Elle a ajouté que des lampes solaires, des technologies de cuisson et d’éclairage propres sont aussi réalisées, tout comme d’autres sont à l’étude.

‘’Le projet fournira une énergie propre à 400.000 femmes, hommes et enfants, alimentant également les petites entreprises commerciales locales (commerçants, détaillants, petits exploitants)’’, indiquent ses promoteurs.

Foyre Rewbe compte de ce fait remédier à plusieurs contraintes auxquelles les femmes font face en matière d’énergie et qui ont pour noms, manque de capacité technique, faible compétence en gestion d’entreprise, manque de capacité à maintenir et à renforcer les marchés. A cela s’ajoute un manque de prise de conscience des enjeux.

Les communautés rurales des régions de Tambacounda et Kédougou souffrent d’un faible accès à l’énergie, avec des taux d’électrification de 9% et 4% ainsi qu’une pauvreté chronique et un taux de chômage élevé, notent les initiateurs du projet.

La dépendance de combustibles solides pour la cuisson est élevée (89%) et l’usage de cuisinières améliorées reste faible (4%).

‘’Les femmes et les filles sont parmi les plus touchées par la pénurie énergétique, du fait qu’elles passent plusieurs heures à ramasser du bois et cuisinent avec des fourneaux inefficaces qui dégagent beaucoup de fumée, responsables chaque année, selon l’OMS, de la mort d’environ 6.300 Sénégalais’’, note un texte remis à la presse.

En plus de contribuer à l’autonomisation économique des femmes, le projet aura un ‘’impact considérable’’ sur les 4500 membres de leurs familles qui auront des revenus supplémentaires, estiment les promoteurs.

Le projet est en phase avec le PSE qui accorde une place importante à l’énergie, a relevé Maguette Diouck, qui a souligné que ‘’le chef de l’Etat place les femmes au cœur de l’action publique’’ en leur dédiant plusieurs initiatives, parmi lesquelles celles visant l’allègement de leurs travaux.

Cependant, ‘’beaucoup de chemin reste à parcourir’’, a-t-il relevé, non sans souligner que la situation des femmes ‘’n’est pas reluisante’’ à Tambacounda, une région où les distances sont énormes, l’accès aux services sociaux de base difficile et l’habitat dispersé.
aps


Étiquettes : , , , , , ,



Vision Verte




Article précédent

Bassin de l’Anambé: l'accès à la terre bloque la production des femmes agricultrices

Article suivant

Faire moins d'enfants pour limiter le réchauffement climatique ?





Vous aimerez aussi


Plus d'articles

Bassin de l’Anambé: l'accès à la terre bloque la production des femmes agricultrices

– Le manque de moyens, le faible accès au financement et à la terre freinent considérablement l’ardeur de plusieurs...

16 July 2014