Urgent

« la foresterie : un frein pour le chômage et l’exode rural » (chercheur)

Accueil / agriculture-peche-foret / economie verte / 20 février 2015

« la foresterie peut jouer un rôle considérable dans le cadre de lutte contre le chômage et constituer un frein à l’exode rural dans les régions de Kédougou, Kolda, Matam, Sédhiou Tambacounda, Ziguinchor, par la création d’emplois verts en raison de la richesse du potentiel floristique qu’ils recèlent mais également contribuer à la réussite du plan Sénégal Émergent défini par l’Etat du Sénégal» selon le commandant des eaux et forêts Pape Momar Faye.

Il a fait cette déclaration en guise de contribution à la première journée nationale de la foresterie que le président de la République Macky Sall va lancer ce Samedi à Kolda.

Selon l’agent des eaux et forêts et chercheur, la volonté politique doit viser une réussite de la mise en œuvre d’une plate-forme de création d’emplois verts alliée à un frein à l’exode rural, à la résorption du taux aigu de chômage afin de garantir une employabilité pérenne et renforcer la contribution du PIB. Car de son point de vue, «l’arbre est une entreprise et les produits forestiers segmentés peuvent aussi, à l’image des services de téléphonie, offrir de multiples services de qualités par le biais de la création d’entreprises multi fonctionnelles dans les zones de terroirs.

Par ailleurs, M. Faye a précisé que, pour faire de la foresterie un secteur générateur d’emplois afin d’appuyer le PSE, il faut la mise en place d’abord d’un plan adéquat de communication axé sur les objectifs et les stratégies pour la réussite du PSE s’avère indispensable. «Cette communication devra se faire du sommet à la base en s’appuyant sur l’existant et ne pas omettre dans cette phase le collège des communicateurs traditionnels car l’information est la première condition à l’éducation afin que le paysan de Bandafassi , celui de Niambalang ou celui de Fété bowé ou de Potou sachent et comprennent qu’ils sont tous impliqués» a-t-il dit.

Pour rappel, le commandant Faye avait révélé que «le Sénégal avait un potentiel estimé à 13 millions d’hectares de forêts, soit 65% du territoire , la valeur des actifs forestiers est essentiellement constituée par les tous actifs précités qui représente 99,9% de la valeur totale des actifs pour un capital forestier évalué à 24297, 8 milliards de francs CFA en 2010».


Étiquettes : , , ,



Vision Verte




Article précédent

LES COMMERÇANTS APPROUVENT, LES MENAGERES DECRIENT LA QUALITE DU PRODUIT

Article suivant

ASSURANCE SÉCHERESSE – 9,5 milliards FCFA face aux aléas climatiques





0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

LES COMMERÇANTS APPROUVENT, LES MENAGERES DECRIENT LA QUALITE DU PRODUIT

Les producteurs sénégalais ont beaucoup apprécié le gel des importations de l’oignon. Une mesure prise par l’agence...

19 February 2015