Urgent

Bassin de l’Anambé : les producteurs exposent leurs doléances à Macky

Accueil / agriculture-peche-foret / economie verte / 23 février 2015

macky

Les producteurs du Bassin de l’Anambé, dans le département de Vélingara (Sud), ont exposé dimanche, au chef de l’Etat Macky Sall, leurs doléances, se rapportant à la mise à disposition de matériels et d’intrants agricoles.

Ils ont formulé ces doléances lors du forum sur le développement agricole présidé par le président Macky Sall.
Au deuxième jour de sa tournée économique dans la région de Kolda, Macky Sall a visité dans la matinée le barrage hydro-agricole de Niandouba et les périmètres aménagés du bassin de l’Anambé.
Il s’est rendu ensuite au village de l’Anambé où il a visité les magasins de semences des producteurs et le matériel agricole (des tracteurs et des moissonneuses-batteuses).

Le président des jeunes producteurs du Bassin de l’Anambé, Ibrahima Baldé, a dans son intervention, évoqué les contraintes auxquelles ils font face. Il a d’abord souligné le manque de formation et de financement et la non disponibilité du matériel agricole.

Baldé a relevé l’absence de fermes agricoles et piscicoles pour lutter contre le chômage des jeunes dans le Bassin de l’Anambé.

Il a cependant pris l’engagement d’accompagner le gouvernement sénégalais dans son objectif d’atteindre l’autosuffisance en riz d’ici 2017.

Le président de l’Association des producteurs maraichers du bassin de l’Anambé, Doudou Diop dit garder un grand espoir que la présence du chef de l’Etat va donner une nouvelle impulsion à la filière horticole.

Selon lui, la filière horticole n’a jamais été prise en compte dans les programmes mis en œuvre au niveau du bassin de l’Anambé.

Il a sollicité l’accès au crédit pour développer l’horticulture, ainsi que l’octroi de subventions sur les intrants et la mise à leur disposition de matériels agricoles.

Le représentant des producteurs de coton, Moussa Sabaly, a aussi demandé à l’Etat de subventionner les intrants, d’éponger les dettes cumulées et surtout d’accompagner le prix au producteur de coton.

M.Sabaly a fait savoir que ‘’la filière coton est le moteur et le cœur du Bassin de l’Anambé’’, dans la mesure où elle représente 60% de la production nationale.

Le président de la Fédération nationale des producteurs du bassin de l’Anambé (FEPROBA), El Hadji Aly Gano, a souligné que c’est une première pour leur organisation depuis sa création en 2000 de voir un chef d’Etat sénégalais venir s’enquérir de leurs difficultés et des opportunités offertes.

Il a cité les difficultés d’emblavures et de récolte en raison du manque de matériel agricole, de même que l’absence d’unité de transformation fonctionnelle et performante.

 »La rizerie du Sahel vendue à un expatrié est fermée depuis belle lurette », a-t-il déploré, tout en sollicitant l’appui du président Sall pour la réouverture de cette unité afin de donner plus de valeur à leur production.

Avec l’acquisition du nouveau matériel agricole (3 tracteurs équipés et 4 moissonneuses batteuses), en plus des autres programmes d’équipement en cours, le président des producteurs du bassin de l’Anambé se dit convaincu d’atteindre l’autosuffisance en riz à l’horizon 2017.

‘’Je suis venu ici (bassin de l’Anambé), c’est pour saluer le courage des producteurs, saluer la bravoure des femmes, saluer la patience et l’espérance des jeunes’’ leur a répondu le président Macky Sall.

Il s’est dit renforcé dans ses convictions de faire l’inclusion sociale la lame de fond de la politique d’émergence sociale du Sénégal.

‘’Mais cette inclusion sociale va de pair avec la réforme du système de production nationale. C’est ce que nous sommes entrain de faire’’ a-t-il dit.

Le chef de l’Etat a demandé aux producteurs de s’organiser en coopératives villageoises ou communautaires ou en associations pour qu’ils puissent acquérir par eux-mêmes grâce aux subventions de l’Etat, du matériel agricole.


Étiquettes : , , , ,



Vision Verte




Article précédent

L’exploitation illicite de la forêt, une préoccupation majeure du ministre de l’environnement

Article suivant

La construction du pont sur le fleuve Gambie est évaluée à 53 milliards pour une durée de 36 mois





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

L’exploitation illicite de la forêt, une préoccupation majeure du ministre de l’environnement

Le ministre de l’environnement et du développement durable a annoncé ce jeudi, la volonté d’intégrer des patrouilles...

22 February 2015