Urgent

(Kolda) la puissance de l’Etat en question face au pillage des ressources forestières

Accueil / agriculture-peche-foret / catastrophe / economie verte / 14 avril 2015

La question de la puissance de l’état est en débat face au pillage systématique des ressources forestières dans la région de Kolda. En effet, vu le rythme par lequel le phénomène avance au niveau de la frontière, les communautés doutent même de l’engagement de l’Etat à apporter une solution durable au fléau.

L’Etat du Sénégal est-ildevenu impuissant face au pillage des ressources forestières ?

Les communautés de Kolda se posent déjà la question avec le laisser-aller en cours observé au niveau de la frontière où les camions transportent le bois sans aucune inquiétude. Depuis le départ du ministre Ali Haidar, les braconniers ont décidé d’accélérer la cadence au point même que des ressortissants de la région s’inquiètent pour les générations futures qui risquent, à ce rythme, de vivre la désertification à Kandia et environ.

La vaste campagne de destruction des forêts est menée par des étrangers, plus particulièrement des  Gambiens, en complicité avec les populations locales. Il ne se passe un seul jour sans qu’on assiste au transit des dizaines de charrettes  lourdement chargées de troncs de bois de veine à destination de Gambie. Une situation qui alerte les populations de Kandia. Ces dernières ne savent plus  où donner de la tête.

Selon Cheikhou Cissé, conseil municipal à Kandia, la situation est extrêmement grave.  « Nous assistons impuissants au pillage de nos forêts. En effet, des bandes organisées disposant de scieries très sophistiquées abattent nuit et jour nos arbres pour se procurer des troncs de veine. Ces troncs sont transportés en Gambie, puis en Chine où le produit est transformé et confectionné en meubles et lits. Et le paradoxe est que ces meubles sont revendus en Gambie», a-t-il révélé.

M. Cissé n’a pas manqué de déplorer le mutisme des autorités.  « Nous avons tiré à plusieurs reprises la sonnette d’alarme mais en vain, le service des eaux et  forets  a été saisi, mais la réponse servie est qu’ils n’ont pas assez de moyens et de personnel pour lutter contre ces malfaiteurs», a-t-il signalé. Pour lui, «la commune de Kandia ne dispose que deux ressources que sont la terre et la forêt, par conséquent, si la forêt est détruite, pense-t-il, ce sera le chaos». C’est dans cette perspective qu’il a lancé un message au ministre de l’environnement et du développement durable  Abdoulaye Bibi Baldé, natif de la région « de ne ménager aucun effort pour mettre un terme à la destruction des forets ».

Il faut rappeler que les menuisiers de la commune de Vélingara avaient battu le macadam le mois dernier  pour s’insurger contre la coupe abusive de bois dans cette partie du pays. Selon une de nos sources travaillant à l’aéroport de Yundum en Gambie, ce sont des dizaines de conteneurs qui arrivent quotidiennement en provenance de Casamance.


Étiquettes : , , , , , ,



Vision Verte




Article précédent

COP21 : et si la saison 5 de ‘Game of Thrones’ apportait la solution au climat ?

Article suivant

Agriculture : "L’Afrique peut nourrir toute la planète !"





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

COP21 : et si la saison 5 de ‘Game of Thrones’ apportait la solution au climat ?

Dimanche (12 avril 2015), la nouvelle saison de la série Le Trône de Fer a débuté sur HBO aux États-Unis. Internationalement...

14 April 2015