Urgent

(Tamba) Pour avoir voulu protéger la foret il reçoit des coups de hache et de gourdin

Accueil / agriculture-peche-foret / catastrophe / faits divers / 21 avril 2015

Membre du comité de vigilance contre la désertification et la déforestation à Saré Thiapato, (Tamba)Cheikhou Diallo a frôlé une mort atroce. S’étant opposé à l’action de charbonniers qui s’activaient dans une zone interdite d’exploitation, il a été sauvagement tabassé. Dans un piteux état, il s’est retrouvé avec un visage amoché, avec des blessures béantes sur le corps, causées par des coups de hache et de gourdin.

Âgé de 44 ans, marié et père de 2 enfants, Cheikhou Diallo a payé au prix fort son engagement pour la cause de la défense de la forêt dans sa bourgade de Saré Thiapato (région de Tamba). Membre actif du comité de vigilance contre la désertification et la déforestation, il s’est vigoureusement opposé, le 18 avril dernier, à l’activité néfaste des charbonniers. Ce jour, aux environs de 14 heures, Cheikhou Diallo effectue une ronde dans le rayon de compétence de son comité. C’est alors qu’il patrouillait seul dans la brousse, qu’il a aperçu dans les buissons, deux charbonniers. Ils s’occupaient à couper illégalement des troncs d’arbre dans la zone interdite d’exploitation. Sans sommation, Cheikhou Diallo est intervenu pour s’opposer à l’action des charbonniers. Mal lui en a pris. Pour toute réponse, l’un des charbonniers, le nommé Diamboye, a sommé son binôme de s’occuper de ce visiteur indésirable. La minute d’après, Cheikhou Diallo maîtrisé par les deux charbonniers. Armé de haches et de gourdins, ils se sont acharnés sur lui. Rudement malmené, il s’est affalé, baignant dans une mare de sang. Ses «bourreaux», qui ont continué à le rouer de coups de hache et de gourdin, ont pensé qu’il avait trépassé. C’est alors qu’ils l’ont abandonné sur place, avant de prendre la clé des champs. Cheikhou Diallo, qui a retrouvé ses esprits après plusieurs heures d’inconscience, a regagné difficilement le domicile du chef du village de Saré Guilél. De là, il a été acheminé au district sanitaire local.

Compte tenu de son état clinique inquiétant, les médecins ont convenu de l’évacuer à l’hôpital régional de Tamba. Mais faute d’argent, Cheikhou Diallo n’a pu y être acheminé. Il s’est contenté des premiers soins. Aux dernières nouvelles, le chef du village de Saré Guilél s’est engagé à trouver les fonds nécessaires pour son hospitalisation à l’hôpital de Tamba, ce lundi.


Étiquettes : , , , , , ,



Vision Verte




Article précédent

FILIERE OIGNON – Ces difficultés qui minent la filière

Article suivant

Les députés adoptent le projet de loi sur l'usage des sachets en plastique





Vous aimerez aussi



1 commentaire

sur 22 April 2015

CEST DOMAGE, CES GENS NE VOIENT PAS L’ETAT DU DESRT ET LES AUTORITES NE FONT RIEN. COMMENT UN DEFENSEUR DE LA FORET PEUT IL SE PRENDRE EN CHARGE BLESSE PAR DES DES GENS GENS QUI DETRUISENT NOS FORETS? MERDE



Laisser un commentaire


Plus d'articles

FILIERE OIGNON – Ces difficultés qui minent la filière

Le Sénégal ambitionne de produire 350 000 tonnes d’oignon en 2016. La filière a fait un grand bond. Cependant, il y a toujours...

19 April 2015