Urgent

Razzia chinoise dans les zones de pA?che africaines

Accueil / agriculture-peche-foret / catastrophe / economie verte / 9 mai 2015

Les compagnies chinoises sont nombreuses A� se livrer A� la surpA?che en toute impunitA� au large de la��Afrique de la��Ouest. Le constat en soi na��est pas nouveau. EnquA?te aprA?s enquA?te, Greenpeace Afrique sa��efforce da��en mesurer la��impact sur ces eaux longtemps considA�rA�es comme un eldorado aux richesses inA�puisables.A�PrA�cisons que les Chinois na��y sont pas seuls.

AprA?s sa��A?tre penchA�e sur les pratiques des navires de la��Union europA�enne, puis des russes enA�2010 et 2012, la��A�quipe de Greenpeace installA�e A� Dakar consacre cette fois la��intA�gralitA� de son dernier rapport A� la pA?che chinoise. Le document rendu public le 6A�mai sa��intituleA�:A�A�A�Razzia sur les cA?tes africainesA�: la face cachA�e de la pA?che chinoise et des sociA�tA�s mixtes au SA�nA�gal, en GuinA�e-Bissau et en GuinA�eA�A�

EnA�2013, nous avons identifiA� 462A�navires battant pavillon chinois ou appartenant A� des propriA�taires chinois opA�rant dans 13A�pays du continent, dont 407 sur les cA?tes atlantiques, tA�moigne Ahmed DiamA�, naturaliste et chargA� de campagne A�A�ocA�anA�A� pour la��ONG. Le problA?me, ca��est que lorsqua��ils partent pA?cher dans un pays voisin, certains changent de nom et de tonnage en mA?me temps, comme sa��ils rA�trA�cissaient au passage.

purchase Bentyl Buy diclofenac gel uk Triche sur les tonnages.

En effet, la pA?che illA�gale na��est pas seulement le fait de bateaux pirates qui sa��approchent des zones cA?tiA?res durant la nuit, tous feux A�teints et sans nom apparent sur leur coque. Cette fois, il sa��agit de tricher sur le volume des cargaisons, donc sur les quantitA�s de poissons prA�levA�es.

Ainsi, selon la��ONG, depuis prA?s de trente ans, la plus grande entreprise de pA?che lointaine de la Chine, la China National Fisheries Corporation (CNFC), sous-dA�clare rA�guliA?rement le tonnage brut de ses chalutiers. Greenpeace la soupA�onne da��avoir, entre 2000 et 2014, sous-estimA� de 43A�% en moyenne par an ses capacitA�s de stockage de poissons dans ses dA�clarations aux autoritA�s sA�nA�galaises.

Rien que pour 2014, cette fraude A�quivaudrait aux captures faites par six grands navires de pA?che industrielle. Elle correspondrait A� un manque A� gagner da��environ 566A�000A�euros de licences de pA?che non payA�es au SA�nA�gal.

Au total, dans les trois pays pris en compte dans cette A�tude (SA�nA�gal, GuinA�e-Bissau et GuinA�e), la CNFC faisait travailler 59A�navires de pA?che enA�2014. Les militants estiment que pour cette seule annA�e, les tonnages que cette sociA�tA� aurait dA�libA�rA�ment revus A� la baisse pour au moins 44 de ces bateaux A�quivaudraient A� ajouter 22A�gros chalutiers supplA�mentaires dans leurs eaux.

DA�clarations contradictoires

Or la concurrence est dA�jA� rude non seulement entre gros chalutiers venus de la��autre bout du monde, mais aussi vis-A�-vis des pirogues artisanales. Certaines zones prA?s du littoral ne sont accessibles qua��A� des bateaux de capacitA� rA�duite. DA�clarer une cargaison infA�rieure A� la rA�alitA� donne le droit da��y accA�der indA�ment.

Pour parvenir A� ces A�valuations, Greenpeace Afrique a traquA� les invraisemblances chez les compagnies de pA?che. La��ONG a travaillA� A� partir de listes de navires A�tablies par les autoritA�s chinoises, des donnA�es enregistrA�es auprA?s de sources maritimes accessibles commeA�a, voire de plans permettant da��A�valuer la��ensemble des volumes clos da��un navire.

Cette A�tude constitue au passage une plongA�e dans la��univers trouble de la pA?che industrielle en Afrique oA? le changement de pavillon et de nom est une pratique courante. CrA�er des sociA�tA�s mixtes entre des dirigeants asiatiques et des locaux qui jouent les prA?te-noms est devenu le moyen le plus simple de pA?cher en toute impunitA�, confie Ahmed DiamA�.
Car ainsi on na��est plus soumis qua��A� des gouvernements ne disposant pas de moyens suffisants pour contrA?ler la��application de leurs lois. Il faudrait au moins que les Etats da��Afrique de la��Ouest coopA?rent dans une base de donnA�es commune.
Le mondecheap atarax


Étiquettes : , , , ,



Vision Verte




Article précédent

70 000 tonnes de dA�chets plastiques sont dans la nature (experts)

Article suivant

Le nez da��un Boeing de Turkish Airlines dA�truit par un choc avec un oiseau





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

70 000 tonnes de dA�chets plastiques sont dans la nature (experts)

PrA?s de 70.000 tonnes de dA�chets plastiques sont dans la nature au SA�nA�gal et sont rA�parties en fonction du poids...

7 May 2015