Urgent

CONSEQUENCES DE LA MORT DU CHEPTEL SUR L’ECONOMIE SUITE A LA CONSOMMATION DE SACHETS EN PLASTIQUES

Accueil / catastrophe / dechets / 22 mai 2015

Chaque année, le Sénégal perd 10 milliards de FCfa du fait de la mort du cheptel suite à la consommation des sachets en plastiques». L’information est donnée par le conseiller juridique du ministère de l’environnement M. Boniface Cacheu. Une situation plus qu’inquiétante à laquelle il faut mettre un terme le plus rapidement possible.
L’environnementaliste considère que c’est une conséquence très lourde pour un pays comme le Sénégal.
Pis, indique-t-il, «c’est un problème très sensible dans la mesure où il touche différents domaines».
«Il est temps de faire des démarches. D’ailleurs c’est dans cette logique qu’une loi va bientôt être mise en place» dit-il. Il explique qu’avec ce texte, la gestion des sachets et des déchets plastiques plus précisément, sera mieux réglementée avec l’établissement des mesures d’accompagnement et de suivi.
«Désormais, des collecteurs seront installés au niveau des entreprises de fabrication de produits plastiques mais aussi dans les rues. Ce, pour renduire le maximum possible les dégâts causés par ces sachets».
«Cinq millions de sachets plastiques sont abandonnés dans la nature chaque jour. A Dakar, prés de 5 tonnes de déchets plastiques sont aussi versés dans la nature. Ces abandons diminuent le rendement agricole de plus en plus», d’après une étude.
L’autre conséquence de l’envahissement des sachets plastiques à l’entendre est qu’actuellement, «ils impactent lourdement dans l’environnement, en bouchent les caniveaux et les égouts où devraient passer l’eau. Ce qui empêche l’eau de s’infiltrer normalement». Et en plus de ça, ils sont à l’origine de la diminution des espaces agricoles et du taux de leur rendement en milieu rural.
De la même manière, il soutient que ces déchets plastiques créent beaucoup de dégâts au niveau des océans parce que beaucoup de mammifères marins les confondent avec des céphalopodes et une fois qu’elles les consomment, elles meurent. D’où la nécessité de sensibiliser davantage les populations sur les dangers de ces abandons. «A notre niveau, un séminaire de formation est en train d’être fait à notre personnel et on compte l’élargir», confie-t-il.


Étiquettes : , , , , , ,



Vision Verte




Article précédent

Protection de l'Eland de Derby : la coopération sénégalo-tchèque magnifiée

Article suivant

les odeurs nauséabondes empêchent les populations de respirer a plein poumons





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

Protection de l'Eland de Derby : la coopération sénégalo-tchèque magnifiée

Le vice-ministre de l'Environnement de la République tchèque, Vladimir Dolejsky a magnifié jeudi, à Dakar, les quinze...

21 May 2015