Urgent

Pillage des ressources forestières à Ziguinchor: Six Sénégalais, trafiquants de bois arrêtés avec six camions remplis de madriers, de plateaux et des troncs d’arbre.

Accueil / catastrophe / economie verte / 26 mai 2015

 

trafic bois

Six Sénégalais sont en prison depuis hier détenus des les geôles de Ziguinchor, pour trafic illégal de bois. Six camions et des tronçonneuses utilisés pour la coupe et le transport du bois ont été saisis.

Le désastre montre suffisamment l’ampleur des agressions subies par les forêts, dans le sud du pays, où le trafic de bois vers les pays de la sous région est très intense. Selon le Cdt Djé Diédhiou, chef de service régional des Eaux et Forêts de Ziguinchor, «le délit bien organisé, est coordonné par des bandes réunies autour de vastes réseaux prêtes à détruire les forêts», révèle-t-il. Et de poursuivre, «les saisies ont été faites par l’armée sénégalaise, dans la forêt classée de Boutolate, dans le département de Bignona. C’est dans le cadre de la lutte contre l’exploitation illicite de bois. Le résultat que nous avons obtenu aujourd’hui, fait suite aux deux précédentes opérations que nous avons faites il y a quelques semaines et qui n’ont permis également de faire des saisies. Celle d’aujourd’hui vient couronner le tout. Sur place, nous avons saisi quatre camions et les deux autres sont placés au camp militaire. Des camions qui transportaient plus de 400 madriers et plus de 40 plateaux. Le préjudice est lourd pour la zone qui a subi ces coupures. Cette forêt de Boutolate vient d’être aménagée et le plan d’aménagement n’est même pas encore exécuté, donc il n y a pas d’exploitation dans cette contré.

Ce sont six personnes qui ont été interpellés par l’armée avant d’être envoyés à la Mac de Ziguinchor. Ils sont tous des nationaux qui sont venus pour piller ces ressources forestières et nous le regrettons. Nous avons marqué le coup pour montrer que nous ne sommes plus les seuls dans ce combat parce que les autres forces de sécurité et de défense sont désormais à nos côtés. Que les trafiquants de bois et leurs complices en Casamance le comprennent bien. Nous ne les permettrons plus d’exercer leurs activités illicites dans la région.»

Un avertissement qui va à coup sûr à l’endroit des exploitants forestiers et trafiquants de bois Sénégalais, Gambiens et parfois même des Chinois qui pillent ces ressources de la forêt en Casamance.


Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,



Ibrahima coly




Article précédent

ASSAINISSEMENT EN AFRIQUE: 650 millions d’Africains n’y ont pas accès

Article suivant

(Thies) Une nouvelle Cité construite sur un cimetière de Baobabs centenaires





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

ASSAINISSEMENT EN AFRIQUE: 650 millions d’Africains n’y ont pas accès

L’organisation Eau et assainissement pour l’Afrique (EAA) veut capter les financements du secteur privé pour gagner...

26 May 2015