Urgent

COP21: Le SA�nA�gal prA�pare ses contributions nationales

Accueil / changements climatiques / 3 juillet 2015

La 21A?me ConfA�rence des Parties (COP21) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) de Paris ca��est du 30 novembre au 11 dA�cembre prochain. Le SA�nA�gal entend jouer sa partition sur cette question qui prA�occupe le monde entier au plus haut point. A cet effet, le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, a prA�sidA� hier, jeudi 2 juillet A� la Primature, une rA�union da��information sur A�Les contributions nationales dA�terminA�es au niveau nationalA� A� la��initiative du ComitA� national chargA� des changements climatiques.

En prA�lude A� la 21A?me ConfA�rence des Parties (COP21) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), prA�vue du 30 novembre au 11 dA�cembre 2015 A� Paris, une rA�union da��information sur les changements climatiques a A�tA� organisA�e hier, jeudi 2 juillet A� la Primature. La rencontre prA�sidA�e par le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne porte sur A�Les contributions nationales dA�terminA�es au niveau nationalA�. La��objectif de la rencontre est de sensibiliser sur les enjeux du rA�chauffement climatique qui doit A?tre contenu A� 2A�Celsius, selon les scientifiques. Ca��est A� la��initiative du ComitA� national chargA� des changements climatiques.

Au sortir de ce conclave, Abdoulaye BaldA�, ministre de la��Environnement et du DA�veloppement durable qui a fait face A� la presse a soulignA� que les pays africain, en particulier le SA�nA�gal, a la��instar de ceux dA�veloppA�s, doivent emmener leurs contributions en perspective de la��obtention da��accords contraignants sur la question du rA�chauffement climatique en dA�cembre A� Paris. Pour cela, ils doivent se comporter en responsables et aller A� Paris avec A�des engagements prA�cisA� mA?me sa��ils ne produisent pas beaucoup de Gaz A� effet de serre (GES) qui participent A� la destruction de la couche da��ozone. A�MalgrA� le fait que nous contribuons faiblement A� la��A�mission de gaz A� effet de serre, nous voulons A?tre responsable. Etant donnA� que nous vivons vit tous dans la mA?me planA?te, nous devons apporter notre partitionA�, a-t-il dit.

Par contre, le ministre de la��Environnement et du DA�veloppement durable soutient que trA?s certainement, avec les ambitions du PSE, le SA�nA�gal va A�videmment polluer davantage. A�Nous avons des politiques ambitieux dans le PSE, qui prA�voit da��avoir 7% A� 8% de croissance. Certainement, nous allons polluer davantageA�, a-t-il rA�vA�lA�. Avant de poursuivre: A�mais pour dA�vier de cette tendance polluante, il y a des efforts A� faire par nous-mA?mes mais A�galement vis-A�-vis de la communautA� internationale dont le soutient nous importe beaucoup en terme de financement et de transfert de technologie. Car, le SA�nA�gal veut avoir des A�nergies propres et A�viter le charbon que nous allons utiliser pour rendre la��A�nergie disponible et accessibleA�, a-t-il ajoutA�.

En passant, Abdoulaye BaldA� est revenu sur la��engagement en matiA?re de financement des pays industrialisA�s qui manquent de fiabilitA�. A�Effectivement les pays en voie de dA�veloppement ont toujours pensA� que ceux dA�veloppA�s ne respectent pas leurs engagements. A partir de 2020, ces pays ont pris la��engagement de mobiliser 100 milliards de dollar par an et aujourda��hui, nous sommes A� peine A� prA?s de 10 milliards par an. Ce qui fait que le financement est une affaire importante pour nous, A� mettre au cA�ur des nA�gociationsA�. Le ministre de la��Environnement rappelle que mA?me si le SA�nA�gal veut rA�duire de 10% sa production de gaz A� effet de serre, les urgences sont aussi ailleurs, car les questions de dA�veloppement restent pendantes. A�Mais dire A� haute et intelligible voix que ce qui nous prA�occupe ca��est nos questions de dA�veloppement A� savoir la sA�curitA� alimentaire, la��accessibilitA� de la��A�nergie, une agriculture durable, entre autresA�, a-t-il soutenu A� la��issue de la rencontre qui a vu la participation de dA�putA� de la��AssemblA�e national, de conseillers A�conomiques, sociaux et environnementaux qui, eux aussi, ont donnA� leurs avis sur la question. Order abana engine order atarax Bentyl online


Étiquettes : , , , ,



Vision Verte




Article précédent

EXPLOITATION AURIFERE A KEDOUGOU: La��or luit et la nature sombre

Article suivant

Prolongement de la VDN, cimetiA?res de GuA�diawaye, nouvelles citA�s, etc. : Peur bleue sur le littoral





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

EXPLOITATION AURIFERE A KEDOUGOU: La��or luit et la nature sombre

A Kedougou, le mA�tal jaune a dA�trA?nA� la��agriculture. La��or fascine et attire les adeptes de la��enrichissement...

2 July 2015