Urgent

L’IREF de Dakar liste les causes de la dégradation de l’environnement

Accueil / agriculture-peche-foret / 2 août 2015

L’Inspecteur régional des eaux et forets (IREF) de la région de Dakar, colonel Racine Diallo, a cité dimanche la forte urbanisation, les prélèvements anarchiques de sable parmi les ’’principales causes’’ de la dégradation de l’environnement dans la région de Dakar, invitant les uns et les autres à ‘’un changement de comportements’’.

’’Le domaine forestier protégé (terres de culture, pâturage, récoltes de bois…) de la région de Dakar a connu des perturbations liées à la très forte urbanisation au détriment de la préservation des ressources forestières. Cette situation perdure encore aujourd’hui et affecte maintenant le domaine forestier classé, notamment la bande de filao et la forêt classée de Sébikotane’’, a notamment dit le colonel Racine Diallo.

L’IREF de Dakar s’exprimait à l’occasion de la célébration de la journée nationale de l’arbre à la forêt classée de Mbao (banlieue dakaroise) axée sur le thème : ’’Gestion durable des forets. Pour une meilleure contribution à la sécurité alimentaire’’.

L’arbre parrain de la journée nationale de l’arbre est le ’’khaya senegalensis’’ plus connu sous le nom caïlcédrat.

Il également évoqué ’’les prélèvements anarchiques de sable dans le périmètre de restauration des niayes’’ abritant la bande de filao, les coupes clandestines et les dépôts d’ordure dans les forêts.

’’Ces actions anthropiques ont contribué à dégrader la qualité de l’environnement et à diminuer le potentiel des ressources forestières, tant dans le domaine protégé (formations naturelles des zones de terroir qui a sa position congrue) que dans le domaine classé qui ne recouvre que 7% de la superficie de la région de Dakar’’, a t-il fait observer.

La conséquence d’une telle situation, estime t-il est la ’’réduction drastique de la couverture végétale’’, c’est à dire des ’’terres agroforestières, au profit du bâtiment’’.

Selon l’IREF, ‘’la région de Dakar n’a pas été épargnée des difficiles périodes de sécheresse récurrentes des années 1970, 1980 et 1990, mais aussi des effets adverses du changement climatique que nous vivons actuellement’’.

Face à ‘’la menace pressante’’, le colonel Diallo a invité toutes ’’les forces vives (jeunes, femmes, adultes, élus locaux, exploitants forestièrs, entreprises)’’ à se mobiliser et s’investir dans des opérations de reboisement, de conservation des sols pour ’’infléchir la tendance à la déforestation de la région de Dakar’’.

Il a indiqué que cette ’’entreprise va toutefois nécessiter l’appui des services techniques, des autorités administratives’’, mais aussi ‘’un engagement sans faille des hautes autorités de l’État, des collectivités et des partenaires au développement pour l’’’aménagement de l’ensemble des forets classées de la région (de Dakar) au profit des populations et collectivités
locales’’.


Étiquettes : , , , , , , ,



Vision Verte




Article précédent

LONGUE PAUSE PLUVIOMETRIQUE : Les pluies attendues les 3 prochains mois

Article suivant

Cheikh Gueye, lauréat du Grand prix du chef de l’Etat pour les inventions en 2008 : Un inventeur qui automatise le ramassage des déchets plastiques





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

LONGUE PAUSE PLUVIOMETRIQUE : Les pluies attendues les 3 prochains mois

La pause pluviométrique qui sévit actuellement au Sénégal pourrait être rompue. Selon l’ingénieur prévisionniste...

31 July 2015