Urgent

Biotechnologies : Le SA�nA�gal adapte ses textes au nouveau contexte des Ogm

Accueil / agriculture-peche-foret / 6 septembre 2015

Le SA�nA�gal a pris la��option de revoir les textes rA�gissant la��importation des produits gA�nA�tiquement modifiA�s et la culture des plantes modifiA�es. Ca��est tout le sens de la��organisation da��un atelier tenu A� Dakar et qui porte sur les biotechnologies modernes.

Le directeur de cabinet du ministre de la��Environnement et du DA�veloppement durable, Souleymane Diallo, qui a prA�sidA� la��ouverture de la��atelier a expliquA� que cette rencontre a A�tA� organisA�e dans le cadre da��une gestion planifiA�e des risques liA�s A� la mise en place du Plan SA�nA�gal A�mergent. A ce titre, a-t-il indiquA�, il est du devoir des autoritA�s de travailler A� renforcer les instruments juridiques sur la��introduction des Ogm dans notre pays en prenant les leA�ons apprises des autres pays ainsi que les rA�sultats de recherche de la��expertise africaine et de la communautA� internationale. En effet, selon le rapport 2013 de International service for the acquisition of agri-biotech applications (Isaaa), aprA?s 18 ans de commercialisation, la superficie des cultures gA�nA�tiquement modifiA�es a augmentA� de plus de 100 fois, passant de 1,7 million da��hectares en 1996 A�A� plus de 175 millions da��hectares en 2013 A� la��A�chelle mondiale. Il faut reconnaA�tre que les plantes gA�nA�tiquement modifiA�es ont beaucoup contribuA� A� la sA�curitA� alimentaire, au dA�veloppement durable et A� la��adaptation aux changements climatiques. Une contribution qui se traduit parA�une diminution de la��utilisation des pesticides de 497 millions de kg, une rA�duction, en 2012, de prA?s de 26,7 milliards de kg dans les A�missions de Co2 provenant de la��agriculture. Il y a aussi une A�conomie da��environ 123 millions da��hectares de terre, protA�geant ainsi les A�cosystA?mes de pressions provenant de la��emblavement de terres agricoles. Le choix du SA�nA�gal pour la��autorisation de toute introduction da��organismes gA�nA�tiquement modifiA�s reposera, selon le directeur de cabinet du ministre de la��Environnement, sur une base de connaissances scientifiques qui ne souffriraient da��aucune contestation et dA�livrA�es par les experts chercheurs sA�nA�galais. Au risque da��A?tre A�A�old fashionA�A�, nos textes doivent A?tre revus et corrigA�s pour dA�finitivement A�pouser ce qui se fait de mieux pour la��intA�rA?t de nos communautA�s A� travers une croissance forte soutenue par la��apport des biotechnologies modernes. Depuis avant-hier, les travaux en session ont dA�marrA� A� travers plusieurs communications sur le statut de la biodiversitA� et de la biotechnologie dans le monde et la��Afrique, notamment avec les exposA�s des Pr Julian Adams de la��UniversitA� de Michigan et de Pape MaA?ssa Dieng de la��UniversitA� Gaston Berger.

Concernant le thA?me sur les cultures gA�nA�tiquement modifiA�es en Afrique et expA�riences du Burkina Faso, les Pr Diram MakindA� et Chantal Zoungrana et le producteur FranA�ois TraorA� ont expliquA� les statuts et dA�fis de la rA�glementation des cultures gA�nA�tiquement modifiA�es en Afrique, avant de montrer la��expA�rience du Burkina Faso. Pour ce qui est de la deuxiA?me journA�e des travaux, les discussions tourneront autour du plan da��action pour la mise en place da��un systA?me de biosA�curitA� fonctionnel au SA�nA�gal et la sA�curitA� des cultures gA�nA�tiquement modifiA�es et leurs produits. Bentyl reviews Purchase indinavir buy Bentyl online


Étiquettes : , , , , , ,



Vision Verte




Article précédent

Le mur de sA�paration mord le poumon vert de JA�rusalem

Article suivant

De la��Afrique au MA�kong, les forA?ts tropicales en danger (A�tude)





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

Le mur de sA�paration mord le poumon vert de JA�rusalem

Une nouvelle portion de la barriA?re sA�parant BethlA�em et JA�rusalem va bientA?t couper en deux la vallA�e de CrA�misan...

5 September 2015