Urgent

Qui sont derrière le sale business des « marchands de sable »?

Accueil / opinion / 20 septembre 2015

« Je ne sais pas si vous êtes déjà allé dans la zone du lac rose, de Bambilor à Déni, ces zones paradisiaques aux dunes qui cascadent vers la mer, qui, en plus de vous offrir un panorama à vous couper le souffle, protègent les villages des inondations en régulant la circulation des eaux de surfaces. Ces zones sont en danger du fait des marchands de sable, ces mafiosi qui ne reculent devant rien et qui, avec la complicité des autorités locales, les mairies et les fonctionnaires du Ministère des Mines, sèment ruines et désolations sur leur passage.
Actuellement, ces rapetous du sable sont dans le secteur de Bambilor, ils ont détruit la seule piste qui relie Bambilor aux villages que sont Beye et Wayambam (où vit votre serviteur) par un va et vient incessant de camions de tous gabarit et pire, sont en train de détruire une dune de sable qui faisait office de barrage entre les villages qui se trouvent sur le versant et un cours d’eau qui passe derrière cette dune. C’est dire que, s’ils ne sont pas arrêtés à temps, les eaux de l’année prochain, emporteront le village de Mbeye et toutes exploitations avicoles, agricoles et infrastructures de tourisme en contrebas.
Dans ce deal, où, un camion de sable quelque soit, son gabarit, verse 10 000 frs pour charger ce sable qui vous est vendu à Dakar, à 70 000 frs , pas besoin de chercher à qui profite le crime ?
Le mouvement « actes actions civiques » a pu recenser 715 (sept cent quinze) chargements de camions sortant de la zone de Déni et Wayambam – Mbeye, a adressé une correspondance au Directeur des Mines et se réserve de porter l’affaire en Justice, pour destruction de bien communautaire (cette piste avait été construite avec l’apport des résidents) contre le promoteur et ses complices administratifs et devant l’OFNAC, contre les Autorités administratives locales pour concussion et détournement de destination privilégiée et complicité active dans des voies de faits..
Nous avons alerté toutes les hautes les Autorités administratives, du PR au Procureur de la République, afin que demain, en cas de catastrophe, les responsabilités puissent être situées et les coupables identifiés, châtiés.
Une réunion est prévue ce dimanche pour poser le deuxième acte de notre lutte contre ces prédateurs de la pire espèce qui n’ont aucun respect que pour l’argent, fut-il porteur de malheur et de destruction pour les populations.Nous invitons tous les défenseurs de la Nature et des Droits de l’Homme à y assister. »

Alioune Badou NDAO
Pdt de Actes, actions civiques
77 633 26 42 – 70 331 60 02


Étiquettes : , , ,



Vision Verte




Article précédent

La pêche illégale, un problème au Sénégal

Article suivant

Inondations au Sénégal: causes,conséquences et solutions





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

La pêche illégale, un problème au Sénégal

«La pêche illégale non règlementaire (Inr) nous pose des problèmes», déclare le directeur de la pêche maritime, Mamadou...

18 September 2015