Urgent

Dicory Balde de la FEDES: « la nature n’est pas un gâteau à partager, mais une vie à respecter et à préserver »

agriculture-peche-foret / 22 septembre 2015

La Fédération Démocratique des Ecologistes du Sénégal FEDES et le Club des Elèves et Etudiants Verts unissent leurs efforts pour lutter contre la dégradation de l’environnement et la coupe abusive de bois. Une conférence publique vient d’être organisée à Kolda (sud) sur le thème : « Ecologie politique et développement durable ». L’activité a permis de sensibiliser les populations du sud, notamment les jeunes et les femmes sur la nécessité de préserver les ressources naturelles notamment la forêt qui est en proie à une exploitation abusive en Casamance.

A l’occasion de cette conférence, la jeunesse écologiste a exprimé ses sentiments d’inquiétude par rapport aux proportions dangereuses que le trafic illicite de bois est en train de prendre au Sénégal, notamment dans sa partie sud. Suffisant pour que Dicory Balde de la FEDES sonne l’alerte pour dire que « la nature n’est pas un gâteau à partager, mais une vie à respecter et à préserver » pour qu’elle puisse profiter à la postérité. Une façon d’inviter les populations, notamment les ennemis de la nature à faire preuve de retenue pour arrêter de décimer les peuplements forestiers surtout les espèces protégées.

Le conférencier du jour, en l’occurrence le secrétaire général de la FEDES, embouche la même trompette. El Ali Haïdar a insisté dans sa communication sur « l’urgence d’agir et de préserver la forêt au Sénégal » qui, selon lui, fait l’objet d’ « un pillage systématique ». Pour le patron des écologistes du Sénégal, « l’écologie doit aller de pair avec la politique ». Sans quoi, « toutes les actions et les réalisations des écologistes pourraient être anéanties ou perdues à cause de mauvaises décisions prises par des acteurs politiques non avertis ou peu soucieux des questions environnementales », a averti le SG de la FEDES.

C’est pourquoi la jeunesse écologiste va démarrer un vaste chantier de mise en place de comités de quartier ou de village, notamment dans les zones riveraines des massifs forestiers afin de contribuer à l’éveil des consciences pour parvenir à une gestion durable des ressources naturelles. A en croire, Dicory Balde, cette action va être accompagnée par le renforcement et la multiplication des clubs verts dans le pays pour « semer la bonne graine écologique partout » dans le seul but de promouvoir l’écocitoyenneté et de former de véritables amis de la nature au Sénégal, de vrais acteurs du développement durable qui seront capables de mettre le pays sur les rampes de l’émergence.

ismaila Mansaly / Vivafrik


Étiquettes : , , , , , ,



Vision Verte




Article précédent

Inondations au Sénégal: causes,conséquences et solutions

Article suivant

Images Dakar sous les eaux de pluies





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

Inondations au Sénégal: causes,conséquences et solutions

Depuis belle lurette, depuis plus d’une décennie, notre pays est touché en pleine figure par des inondations récurrentes...

22 September 2015