Urgent

Gestion des ordures : Pourquoi l’Entente Cadak- Car a été écartée

Accueil / dechets / 26 octobre 2015

L’Entente Cadak-Car vient de perdre un marché de 10 milliards de F CFA, avec le transfert de la gestion des déchets solides urbains de la région de Dakar à l’Unité de coordination de la gestion des déchets solides (Ucg). Cette décision est motivée, selon le ministre en charge de la Gouvernance locale du développement et de l’Aménagement du territoire, Abdoulaye Diouf Sarr, par entre autres, «des tas d’ordures visibles presque partout sur le territoire régional, des rues, les marchés, les gares etc,  jonchés d’immondices, exposant les populations à des risques sanitaires énormes». Une situation qui fait que «la région de Dakar est plongée depuis des semaines, dans une situation d’insalubrité indescriptible, en dépit de tous les efforts engagés par l’Etat», a souligné le ministre, au cours d’un point de presse organisé ce lundi 26 octobre 2015, à Dakar.

Face à la presse, le ministre a précisé que «la situation d’insalubrité résulte essentiellement des dysfonctionnements du dispositif de collecte des déchets, des retards dans le paiement des factures des concessionnaires, mais aussi des conflits répétés entre ces derniers et l’Entente Cadak-Car. (…)». Ce qui fait que toutes les parties prenantes à la gestion des déchets solides, de même que les populations, ont manifesté leur grande insatisfaction.

Abdoulaye Diouf Sarr qui a relevé, en ce sens que «la propreté est un élément fondamental pour l’attraction de nos territoires et pour l’émergence du Sénégal», d’ajouter que c’est cela «la raison pour laquelle le Programme national de gestion des déchets solides (Pngd), d’un coût de 17,5 milliards de FCFA, est mis en place pour une gestion efficace et durable des déchets». Cela explique, pourquoi, par une lettre du 1er octobre, il avait saisi le Président de l’Entente Cdak-Car, «pour l’inviter à prendre les dispositions appropriées en vue d’assurer le nettoiement correct de la capitale».

Face à cette situation d’insalubrité de la région et de crise profonde dans l’Entente, qui appellent des mesures urgentes, il a été engagé des concertations avec les parties prenantes à la gestion des déchets solides. Il s’agit, selon le ministre, des exécutifs locaux du département de Rufisque, en présence du gouverneur de la région de Dakar, d’une délégation des syndicats des travailleurs du nettoiement,  les membres du comité de l’Entente Cadak-Car (les maires des villes de Dakar, Guédiawaye, Pikine et Rufisque), les prestataires du nettoiement communément appelés « concessionnaires ».

Ces derniers, note-t-il, dans leur écrasante majorité se sont accordés sur la défaillance du système actuel de gestion des déchets solides dans la région de Dakar et sont favorables à une intervention urgente de l’Etat, compte tenu des risques encourus par les populations, de l’image désastreuse qu’offre notre capitale et de la crise actuelle que traverse l’Entente. Autant de choses qui ont favorisé, selon lui, la décision de procéder au transfert de la gestion de l’Entente Cadak-Car à l’Ucg.

seneweb


Étiquettes : , , , , ,



Vision Verte




Article précédent

Pénuries récurrentes d’eau à Thiès: Le mea culpa du Dg de la Sde

Article suivant

TAMBA - Montée des eaux du fleuve Gambie : Plusieurs ha de rizières et de bananeraies dévastés





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

Pénuries récurrentes d’eau à Thiès: Le mea culpa du Dg de la Sde

Depuis plusieurs années, certains quartiers de Thiès vivent une pénurie d’eau sans précédent et le phénomène s’est...

25 October 2015