Urgent

Dégradation des terres au Sénégal: 944 millions de dollars US perdus par an

Accueil / agriculture-peche-foret / alarme / catastrophe / changements climatiques / economie verte / 27 mai 2016

L’impact de la dégradation des terres est très coûteux pour le Sénégal. Le coût annuel de ces dégradations est estimé à environ 944 millions de dollars US, soit 8% du Produit intérieur brut (PIB) de 2007. La révélation a été faite avant-hier, mardi 24 mai, à Dakar, lors de l’atelier de lancement du livre sur l’étude intitulée «Economie de la dégradation des terres: évaluation globale». Il est rédigé par Samba Sow, Ephraim Nkoya, Stefan Meyer, Edward Kato et Timothy Jonhson, sous l’égide de l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) et du Centre Allemand de recherche sur le développement (ZEF), en partenariat avec l’Institut national de pédologie (INP).

La dégradation des terres coûte chaque année, au Sénégal, environ 944 millions de dollars US. La révélation a été faite avant-hier, mardi 24 mai, à Dakar, par Samba Sow, expert à l’Institut national de pédologie (INP), à l’occasion de l’atelier de lancement du livre sur l’étude intitulée «Economie de la dégradation des terres : évaluation globale» dont il a participé à la rédaction en 2014. C’était sous l’égide de l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) et du Centre Allemand de recherche sur le développement (ZEF). «Le Sénégal connait des problèmes de dégradation des terres. Environ 13% des terres- sur lesquelles vivent 22% de la population nationale- sont dégradées; le coût annuel de ces dégradations s’élève à environ 944 millions de dollars US par an, soit 8% du PIB de 2007», explique l’expert.

Selon lui, ces facteurs freinent le développement durable du pays dont environ 47% de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté. Il s’agit du changement de l’utilisation et de la couverture des sols (733 millions de dollars US), des bénéfices tangibles locaux (412 millions de dollars US), de l’appauvrissement de la fertilité des sols (maïs et riz – 103 millions de dollars US), de la salinité (rizières irriguées – 22 millions de dollars US). Il s’y ajoute les cultures en continu (mil – 77 millions de dollars US), la dégradation de la biomasse de pâturage (9 millions de dollars US). Or, à l’en croire toujours, il y a une justification solide et de bonnes raisons pour la restauration des terres. Car, pour chaque dollar US dépensé pour la restauration des terres, les utilisateurs des terres gagnent 5 dollars US.

Pour Woré Gana Seck de Green Senegal, «la dégradation des terres est une menace qui a déjà été identifiée depuis plus de vingt ans». Signalant que les chiffres sont alarmants, elle a rappelé que «sans une action importante sur la dégradation des terres», les opérations entamées dans le cadre de la politique nationale agricole du Plan Sénégal émergent (PSE) «seront faussées».

Présidant la cérémonie, Fallou Dièye, conseiller spécial en agriculture du Premier ministre, a sonné l’alerte en citant l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qui a révélé que 40.000 hectares de terres sont perdues annuellement du fait de la dégradation des terres. Et de révéler qu’au plan mondial, «le coût de la dégradation des terres es de 300 milliards de dollars US, dont 22% pour l’Afrique et 8,4% pour le Sénégal».

L’étude conduite en 2014 dans plusieurs pays a été effectuée dans trois zones du Sénégal. Au Nord, dans la région de Louga, au Centre dans la région de Kaolack et au Sud, à Kolda et à Kédougou.

sudonline


Étiquettes : , ,



Vision Verte




Article précédent

Pêche artisanale : des acteurs réclament plus de transparence dans le secteur

Article suivant

Un drone filme le pillage pour la Chine des dernières forêts du Sénégal





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

Pêche artisanale : des acteurs réclament plus de transparence dans le secteur

L’Association pour la promotion et la responsabilisation  des acteurs de la pêche artisanale (Aprapam) a profité du 6e forum...

23 May 2016