Urgent

Un drone filme le pillage pour la Chine des dernières forêts du Sénégal

Accueil / agriculture-peche-foret / alarme / catastrophe / economie verte / 27 mai 2016

Les drones ne servent pas qu’à faire la guerre ou à amuser les enfants. Ils peuvent aussi devenir des armes pour lutter contre le pillage des ressources naturelles. L’ancien ministre de l’environnement sénégalais, Haïdar El-Ali a rendu publiques, jeudi 26 mai à Dakar, des images montrant l’un des centres névralgiques du
trafic de bois de vène (pterocarpus erinaceus) entre la Casamance et
la Gambie. Il s’agit d’un bois précieux utilisé en Chine pour la fabrication de meubles de luxe destinés aux nouvelles élites.
A 50 mètres d’altitude, l’appareil positionné au-dessus du marché de Saré-Bodjo, un village situé à un kilomètre de la frontière sénégalaise, filme des milliers de troncs alignés prêts à être chargés dans des camions de gros tonnages. On voit plusieurs véhicules qui ont déjà fait le plein et des hommes qui s’activent à sangler les
dernières grumes avant de tirer une grande bâche pour dissimuler la cargaison jusqu’à Banjul, la capitale, où elle sera revendue à des opérateurs chinois.

« Installer le désert »

Ces troncs proviennent d’arbres illégalement coupés dans le département du Medina Yoro-Foula, en Casamance, du côté sénégalais de la frontière, comme le montrent aussi ces images en suivant les charrettes chargées de bois. Tirées par des chevaux ou des ânes, elles font la navette pour approvisionner le marché de Saré-Bodjo et autres.

film ici:


Étiquettes : , , , ,



Vision Verte




Article précédent

Dégradation des terres au Sénégal: 944 millions de dollars US perdus par an

Article suivant

Ile de carabane: un paradis menacé par la mer





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

Dégradation des terres au Sénégal: 944 millions de dollars US perdus par an

L’impact de la dégradation des terres est très coûteux pour le Sénégal. Le coût annuel de ces dégradations est estimé...

27 May 2016