Urgent

La Pollution marine étouffe Soumbédioune

Accueil / alarme / catastrophe / dechets / eaux-assainissement / pollution-nuisance / proprete / 26 septembre 2016

La pollution marine dans les environs de Soumbédioune inquiète. Le canal d’évacuation des eaux usées de cette localité proche de la Médina et de la Gueule Tapée « empêche le quai de pêche de Soumbédioune d’avoir un agrément au niveau de l’Union européenne », a déploré Woré Gana Seck, directrice de l’Ong Green Sénégal.

Engagée dans la lutte pour la protection de l’environnement au Sénégal, elle a tiré la sonnette d’alarme pour que les autorités en charge de la question environnementale et de la gestion des eaux usées freinent ce fléau qui impacte négativement le littoral.

« J’ai été extrêmement choquée, nous avions fait une balade avec plusieurs acteurs, indique-t-elle en marge d’un atelier de mise en place de la Plateforme nationale côtière et marine (Pncm). Nous avions fait Ngor, Almadies, Mamelles, Ouakam. Et ici au niveau de la Madeleine, nous nous sommes rendus compte que toutes les émissaires, comme celles de Fass, du Canal 4, et de Gueule Tapée déversent des eaux usées sans traitement préalable. J’ai été extrêmement choquée du fait que, entre les Îles de La Madeleine et  Soumbédioune, les eaux sont tellement polluées que pendant des heures vous avez l’impression que, vous naviguez dans une fosse septique. »

Woré Gana Seck trouve que « cette pollution olfactive est inadmissible. L’île de la Madeleine est un parc naturel urbain. On se rend compte qu’autour de l’île de La Madeleine, c’est au moins, 3 à 4 kilomètres, et jusque tout autour, comme l’ont confié les pêcheurs, la biodiversité est réduite à cause de cette pollution ».

Vu l’ampleur des dégâts sur cette côte où sont débarquées des tonnes de poissons et de produits halieutiques à Dakar, la patronne de Green Sénégal et ses collaborateurs réunis dans ce cadre interpellent le ministère de l’Environnement et du Développement durable (Medd) mais également, celui en charge de l’Eau et de l’Assainissement. Elle peste : « On ne peut pas continuer à déverser des millions de mètres cubes (M3) d’eaux usées dans la mer sans traitement préalable. Ce, alors qu’il est envisagé d’avoir des usines de production d’eaux potables alors que les eaux potables sont déversées là. »

Seneweb


Étiquettes : , , ,



Vision Verte




Article précédent

Impacts de la centrale a charbon: les populations de Bargny rejettent le projet

Article suivant

Vie des pêcheurs en haute mer Cotoyer le danger en permanence





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

Impacts de la centrale a charbon: les populations de Bargny rejettent le projet

Le projet de la centrale thermique de 125 MW dite de Sendou n’est toujours pas le bienvenu dans la commune de Bargny. Les populations...

22 September 2016