Urgent

Bassin de la��AnambA�: l’accA?s A� la terre bloque la production des femmes agricultrices

Accueil / 16 juillet 2014

Ginette-35 no prescription buy atarax online Hydro-Agricultural_Development_of_the_Anambe_Basin_mainimg
a�� Le manque de moyens, le faible accA?s au financement et A� la terre freinent considA�rablement la��ardeur de plusieurs productrices du bassin de la��AnambA� dans la rA�gion de Kolda (Sud), a appris sur place un reporter de la��APS.

a�?a��Nous na��avons pas les moyens da��exploiter A� volontA� ce bassin. Les tracteurs qui sont lA� ne sont en trA?s bon A�tat. Ils ne sont pas du tout performants. Et sans matA�riel adA�quat, nous na��arrivons pas A� produire en grande quantitA�a��a�� a expliquA� Fatoumata Sabaly, prA�sidente du GIE a�?a��WakilarA� Fouladoua��a��.

La structure est composA�e essentiellement de femmes de SoutourA�, un village qui abrite le siA?ge local de la SociA�tA� de dA�veloppement agricole et industriel (SODAGRI).

Mme Sabaly s’est confiA� A� la��APS lors da��une tournA�e qui sa��inscrit dans le cadre da��un projet de journalistes en droits de la��homme initiA� par le Bureau rA�gional des Nations Unies auxdDroits de la��homme et Article 19.

a�?a��Il y a de la��eau dans ce bassin. Il y a aussi un systA?me de pompage, mais ce sont les terres qui sont trA?s insuffisantes par rapport A� nos ambitions de cultiver pour arriver A� nous autosuffir en riza��a��, a-t-elle indiquA�.

C’est pourquoi, elle demande aux autoritA�s de rA�habiliter le bassin et faciliter aux travailleurs la��accA?s aux financements, aux intrants et au matA�riel agricole, en vue da��inciter les producteurs A� redoubler da��ardeur.

a�?a��Nous demandons A�galement aux autoritA�s de rA�habiliter ce bassin, nous faciliter la��accA?s aux financements agricoles, aux matA�riels et intrants agricoles. Ici, nous sommes tout A� fait disposA�s A� exploiter ce bassin et produire du riza��a��, a dit Mme Sabaly.

a�?a��Pour exploiter correctement ce bassin, il nous faut des tracteurs, des moissonneuses-batteuses, des intrants agricoles de qualitA�, fournis A� temps, mais pour cela, il faut des moyens. Ce bassin A� lui tout, sa��il est bien exploitA�, peut nourrir toute la Casamance et mA?me au-delA�a��a�� a-t-elle assurA�.

De nombreux autres GIE de femmes intervenant dans ce bassin dont a�?a��Dental WakilarA�a��a��, dans la commune rurale de Kandiaye, dans le dA�partement de VA�lingara, sont aussi confrontA�s A� des situations similaires qui constituent, selon leurs membres, un obstacle A� la production.

a�?a��Nous avons de sA�rieuses difficultA�s pour travailler. Notre GIE exploite deux parcelles, mais A� actuellement, nous na��avons qua��une seule parcelle. Il na��y a pas de place pour nous et pourtant nous sommes capables da��exploiter au moins quatre hectaresa��a��, a expliquA� Halimatou BaldA�, prA�sidente de a�?a��Dental WakilarA�a��a��.

De plus, a-t-elle soutenu, son GIE travaille  »sans moyens, sans matA�riel, aucun appui » et ses membres comptent juste sur leur volontA�, leur engagement et leur dA�termination.

Selon elle, son GIE, constituA� de femmes de Namara et SarA� YA�rodji, se dA�brouille pour exploiter le peu da��espace que lui octroie le conseil municipal.

Elle a soutenu que le conseil municipal de Kandiaye est a�?a��conscienta��a�� que son GIE peut exploiter correctement plus de quatre hectares dans le bassin.

a�?a��Avec des moyens, nous pouvons exploiter plus et nous sommes disposA�es A� aller dans da��autres secteur que couvre le bassin. Ici, les vrais travailleurs sont nA�gligA�s. Nous voulons travailler, aider nos famille et contribuer A� la rA�duction de la faim et de la pauvretA�, mais la��accA?s A� la terre pose problA?me, les moyens nous manquenta��a��, ajoute Halima BaldA�.

a�?a��Pire, chaque annA�e, on nous fait changer de parcelles. Ca��est une perte, ce na��est bien de laisser quelqua��un exploiter un espace, y mettre suffisamment da��engrais, la��entretenir, la mettre en valeur, et la��annA�e suivante se retrouver sur autre sitea��a�� a-t-elle fait savoir.

Dans cette zone, ces problA?mes soulevA�s par des responsables de GIE de femmes sont  »rA�els » et des structures comme des radios communautaires travaillent pour changer les comportements.

a�?a��Les femmes ont certes accA?s A� la terre, mais ca��est encore trA?s insuffisant par rapport A� leur engagement, leur possibilitA� da��exploiter de vastes superficies », a expliquA� Hamadou KandA�, animateur A� la radio communautaire a�?a��Tewdu FMa��a�� de DiaobA�.

 »Dans le bassin et les vallA�es, une femme dA�passe rarement 1,5 hectare, mA?me si elle a la volontA� et la possibilitA� da��exploiter plusa��a��, a-t-il dA�clarA�

Selon lui, il est frA�quent de voir un GIE de femmes de 50 membres trA?s dynamiques mais qui  »na��arrivent pas A� obtenir 5 hectaresa��a��.

a�?a��Ca��est une culture locale qui fait que la femme vient en seconde position aprA?s la��homme. Ce qui fait qua��elle obtient toujours une part congrue dans le partage de la terrea��a��, a expliquA� M. KandA�.

Cependant, a-t-il assurA�, sa radio travaille grA?ce A� des A�missions a�?a��trA?s bien suivesa��a�� A� contribuer A� changer les mentalitA�s en vue de donner A� la femme sa a�?a��vraie valeura��a��.

a�?a��A travers notre radio, nous animons des A�missions pour tenter de changer les mentalitA�s, les comportements. Et nous commenA�ons A� enregistrer des rA�sultats, parce que nos A�missions sont trA?s suivies. De plus en plus, nous voyons des rA�sultats palpablesa��a��, a soulignA� KandA�.
APScheap atarax


Étiquettes : , , , , ,



Vision Verte




Article précédent

La campagne arachidiA?re s'ouvre le 29 dA�cembre (ministre)

Article suivant

a�?a��Foyre Rewbea��a��, un projet pour fournir de la��A�nergie propre A� 400.000 personnes





Vous aimerez aussi


Plus d'articles

La campagne arachidiA?re s'ouvre le 29 dA�cembre (ministre)

La campagne arachidiA?re sera officiellement ouverte le 29 dA�cembre sur toute la��A�tendue du territoire national,...

16 July 2014