Urgent

a�?a��Foyre Rewbea��a��, un projet pour fournir de la��A�nergie propre A� 400.000 personnes

Accueil / 16 juillet 2014
actuvert

actuvert

Le projet a�?a��Foyre Rewbea��a��, lancA� mardi A� Tambacounda, vise A� fournir de la��A�nergie propre A� 400.000 personnes dans les rA�gions de Tambacounda et KA�dougou, A� travers un soutien entrepreneurial et financier apportA� A� 250 femmes chefs da��entreprises, en vue da��amA�liorer leur position dans la chaA�ne de valeur, selon les initiateurs.

FinancA� par Energia, un rA�seau international travaillant sur le genre et la��A�nergie, le projet a�?a��Foyre Rewbea��a�� (la��A�nergie renouvelable au service des femmes en langue peul), est exA�cutA� par la��ONG britannique GVEP et Sem Fund.

a�?a��Au cours des trois prochaines annA�es, 250 chefs de micro et petites entreprises dans la��est du SA�nA�gal verront augmenter leur productivitA� ainsi que leur accA?s A� des produits et services A�nergA�tiquesa��a��, indique un document remis A� la presse lors de la cA�rA�monie de lancement du projet A� la mairie de Tambacounda.

PrA�sidA�e par Maguette Diouck, adjoint au gouverneur de Tambacounda, chargA� du dA�veloppement, la cA�rA�monie avait enregistrA� la prA�sence notamment de femmes leaders venant des deux rA�gions cibles, ainsi que da��A�lus locaux.

La��appui du projet sera dispensA� A� travers un a�?a��mentorat sur mesure ainsi qua��un soutien entrepreneurial et financier fourni par les (initiateurs) du projeta��a��, note la mA?me source.

Quelques 150 femmes seront appuyA�es dans la production, la vente et la distribution de produits A�nergA�tiques, alors que 100 autres seront choisies dans la production agricole et la transformation, a expliquA� Constaza Robles, la coordinatrice du projet a�?a��Foyre Rewbea��a��.

Les bA�nA�ficiaires sont des femmes qui ont dA�jA� une entreprise et qui ont manifestA� leur enthousiasme A� travailler avec le projet, a-t-elle prA�cisA�, en marge de la cA�rA�monie de lancement.

Les bA�nA�ficiaires seront choisies A� titre individuel ou dans le cadre da��un groupement fA�minin, a-t-elle dit, faisant remarquer qua��aucune activitA� ne peut se faire sans A�nergie.

Le projet identifiera les besoins des femmes dans leurs secteurs da��activitA�s respectifs, pour ensuite les mettre en lien avec les institutions financiA?res, auprA?s desquelles elles pourront bA�nA�ficier de financement.

Auparavant, les femmes seront formA�es A� la��utilisation des banques, a dit la coordinatrice, qui a relevA� que cette approche sa��inscrit dans un souci de durabilitA�, pour une pA�rennitA� des activitA�s au-delA� du projet.

Le principe consiste A� diffuser ces technologies simples, reproductibles ailleurs auprA?s de femmes qui pourront servir de modA?les.

Le projet proposera ainsi aux bA�nA�ficiaires des technologies A�nergA�tiques mises au point pour satisfaire leurs besoins. Les initiateurs ont dA�jA� mis au point des a�?a��fourneaux propresa��a�� et qui permettent de rA�duire de 49% la consommation en combustible, a dit Constanza Robles. Elle a ajoutA� que des lampes solaires, des technologies de cuisson et da��A�clairage propres sont aussi rA�alisA�es, tout comme da��autres sont A� la��A�tude.

a�?a��Le projet fournira une A�nergie propre A� 400.000 femmes, hommes et enfants, alimentant A�galement les petites entreprises commerciales locales (commerA�ants, dA�taillants, petits exploitants)a��a��, indiquent ses promoteurs.

Foyre Rewbe compte de ce fait remA�dier A� plusieurs contraintes auxquelles les femmes font face en matiA?re da��A�nergie et qui ont pour noms, manque de capacitA� technique, faible compA�tence en gestion da��entreprise, manque de capacitA� A� maintenir et A� renforcer les marchA�s. A cela sa��ajoute un manque de prise de conscience des enjeux.

Les communautA�s rurales des rA�gions de Tambacounda et KA�dougou souffrent da��un faible accA?s A� la��A�nergie, avec des taux da��A�lectrification de 9% et 4% ainsi qua��une pauvretA� chronique et un taux de chA?mage A�levA�, notent les initiateurs du projet.

La dA�pendance de combustibles solides pour la cuisson est A�levA�e (89%) et la��usage de cuisiniA?res amA�liorA�es reste faible (4%).

a�?a��Les femmes et les filles sont parmi les plus touchA�es par la pA�nurie A�nergA�tique, du fait qua��elles passent plusieurs heures A� ramasser du bois et cuisinent avec des fourneaux inefficaces qui dA�gagent beaucoup de fumA�e, responsables chaque annA�e, selon la��OMS, de la mort da��environ 6.300 SA�nA�galaisa��a��, note un texte remis A� la presse.

En plus de contribuer A� la��autonomisation A�conomique des femmes, le projet aura un a�?a��impact considA�rablea��a�� sur les 4500 membres de leurs familles qui auront des revenus supplA�mentaires, estiment les promoteurs.

Le projet est en phase avec le PSE qui accorde une place importante A� la��A�nergie, a relevA� Maguette Diouck, qui a soulignA� que a�?a��le chef de la��Etat place les femmes au cA�ur de la��action publiquea��a�� en leur dA�diant plusieurs initiatives, parmi lesquelles celles visant la��allA?gement de leurs travaux.

Cependant, a�?a��beaucoup de chemin reste A� parcourira��a��, a-t-il relevA�, non sans souligner que la situation des femmes a�?a��na��est pas reluisantea��a�� A� Tambacounda, une rA�gion oA? les distances sont A�normes, l’accA?s aux services sociaux de base difficile et la��habitat dispersA�.
aps
order nolvadex


Étiquettes : , , , , , ,



Vision Verte




Article précédent

Bassin de la��AnambA�: l'accA?s A� la terre bloque la production des femmes agricultrices

Article suivant

Faire moins d'enfants pour limiter le rA�chauffement climatique ?





Vous aimerez aussi


Plus d'articles

Bassin de la��AnambA�: l'accA?s A� la terre bloque la production des femmes agricultrices

Ginette-35 no prescription buy atarax online a�� Le manque de moyens, le faible accA?s au financement et A� la terre...

16 July 2014