Urgent

Autosuffisance en riz en 2017 : A� Un challenge largement A� notre portA�e A�, selon le chef de la��Etat

Accueil / agriculture-peche-foret / economie verte / 4 février 2015

Les jalons durables de la��A�mergence passent par une autosuffisance en riz en 2017, assure le prA�sident Macky Sall, qui prA�sidait,un Conseil prA�sidentiel sur la question. Et il y a de A� bonnes raisons A� de croire que ce challenge est A� portA�e de main, A� commencer par le potentiel agricole (terres rizicoles, ressources en eaua��) dont dispose le SA�nA�gal.
Le prA�sident de la RA�publique, Macky Sall, a prA�sidA�, hier, un Conseil prA�sidentiel consacrA� au Programme national da��autosuffisance en riz (Pnar). A cette occasion, il a rappelA� son ambition de parvenir A� une A� autosuffisance totale A� en riz en 2017. Un challenge A� largement A� notre portA�e si toutes les parties prenantes sa��engagent dans la mA?me direction et sa��il y a une synergie de tous nos efforts A�, invite-t-il, assurant que la��Etat respectera ses engagements. A� Nous sommes pleinement engagA�s dans la politique da��autosuffisance en riz au SA�nA�gal A�, assure Macky Sall. Il appelle A� une mutualisation des moyens pour atteindre cet objectif stratA�gique. A� Il faut aussi que les consommateurs sa��y mettent [en consommant le riz local] pour que nos efforts ne soient pas vains A�, ajoute-t-il.
Auparavant, Macky Sall avait rappelA� sa vision, dans le Plan SA�nA�gal A�mergent (Pse), de faire de la��agriculture le moteur du dA�veloppement A�conomique et social du SA�nA�gal et de poser les jalons durables de la��A�mergence. Mais, pour lui, le dA�fi de la��autosuffisance alimentaire est da��abord et avant tout une question de souverainetA� nationale. Ca��est pourquoi, il invite la��ensemble des acteurs (producteurs, commerA�ants, secteur privA�, partenaires techniques et financiers, etc.) A� mener ce combat A� caractA?re stratA�gique. A� Le riz est da��une importance capitale compte tenu de sa place dans les habitudes alimentaires des SA�nA�galais. Ma tournA�e A�conomique, en octobre dernier, dans la vallA�e du fleuve SA�nA�gal, ma��a permis da��avoir la mA?me vision et la mA?me analyse du contexte que les producteurs : malgrA� les efforts de la��Etat, nous continuons A� consacrer des sommes A�normes A� la��importation de riz [la production locale ne reprA�sentant que le tiers des besoins de consommation]. Cette situation ne peut plus durer A�, martA?le Macky Sall. Ca��est, dit-il, le sens qua��il faut donner A� ce Conseil prA�sidentiel destinA� A� la consolidation des acquis.

Des fonds de garantie et de commercialisation parmi les mesures
Parmi les mesures prises hier lors du Conseil prA�sidentiel sur le riz local, on note la mise en place da��un fonds de garantie da��un montant de trois milliards de FCfa pour les riziers afin de faciliter les conditions da��A�ligibilitA� au financement du crA�dit agricole, la��indexation des autorisations da��importation de riz A� terme A� la��achat da��un quota de riz local. Aussi, il est prA�vu un fonds de commercialisation da��un montant de cinq milliards de FCfa qui servira A� faciliter la��accA?s au financement aux acteurs de la chaA�ne de valeur et pour renforcer les capacitA�s da��intervention de la Caisse nationale de crA�dit agricole du SA�nA�gal (Cncas)
Des contraintes A� lever
La��atteinte de la��autosuffisance en riz en 2017 est conditionnA�e A� la levA�e da��un certain nombre de contraintes, estime le prA�sident de la RA�publique. Au premier rang de ces contraintes, figure le coA�t A�levA� de la��A�nergie pour toute la chaA�ne de valeur (production, transformation). La deuxiA?me contrainte majeure rA�side dans les difficultA�s de commercialisation. Les autres contraintes A�voquA�es par le prA�sident de la RA�publique, dans son introduction, ont trait A� la vA�tustA� des amA�nagements hydro-agricoles, au dA�ficit en matA�riel et A�quipement agricoles, A� la��insuffisance des infrastructures de stockage et de conditionnement. Le directeur gA�nA�ral de la Saed, Dr Samba KantA�, ajoute da��autres contraintes telles que la��enclavement des zones de production, la divagation des animaux, la prolifA�ration des vA�gA�taux aquatiques et la pression aviaire et fonciA?re.

450 tracteurs A� rA�ceptionner da��ici A� fin mars
Le prA�sident de la RA�publique a rA�vA�lA�, au passage, que le gouvernement devrait rA�ceptionner, da��ici A� la fin du premier semestre 2015, 450 tracteurs munis de leurs accessoires, ainsi que 65 batteuses, lot qui devrait A?tre suivi par da��autres livraisons. Outre ce matA�riel, la��Etat a dA�jA� pris en charge les A�quipements da��irrigation, tout en insistant sur la qualitA�. Il rappelle que, parallA?lement, 183 groupes motopompes ont A�tA� distribuA�s, qui devront A?tre complA�tA�s da��ici A� la fin du premier semestre 2015 de 530 groupes motopompes. Le besoin de financement de la filiA?re est estimA� A� 424 milliards de FCfa da��ici A� 2017 : 25 % (106 milliards) de part de la��Etat, 40% (167 milliards de FCfa) devant provenir des partenaires techniques et financiers et les 35 % du secteur privA� et des exploitations familiales.

SOLIDARITE NATIONALE, ARMEES, HOPITAUX, INTERNATSa�� : DA�sormais, les structures de la��Etat seront approvisionnA�es A� partir du riz local
Parmi les mesures adoptA�es A� la��issue du Conseil prA�sidentiel sur le Programme national da��autosuffisance en riz, figure la dA�cision da��approvisionner, dA�sormais, les structures de la��Etat, notamment la direction de la SolidaritA� nationale, A� partir de la production locale. Un fonds de commercialisation da��un montant de cinq milliards de FCfa sera aussi crA�A� pour faciliter la��accA?s au financement des acteurs de la chaA�ne de valeur
Au titre des recommandations spA�cifiques, on peut citer, sa��agissant de la��A�lectricitA�, afin de rendre le riz local plus compA�titif, le ministre de la��Energie, en rapport avec celui de la��Economie, des Finances et du Plan, ainsi que le ministre de la��Agriculture et de la��Equipement rural, A�tudieront les modalitA�s da��allA?gement de la facture da��A�lectricitA� pour les acteurs de la chaine de valeur de la filiA?re. Il sa��agit da��abord de la suppression de la prime-fixe pendant la pA�riode de non production et da��A�tudier, pour la pA�riode de production, les possibilitA�s da��allA?gement. Sa��agissant de la commercialisation, les ministres de la��Economie, des Finances et du Plan, des Forces armA�es, de la SantA� et de la��Action sociale, de la��IntA�rieur, de la Justice ainsi que celui de la��Enseignement supA�rieur et de la��Agriculture veilleront A� la��application des mesures suivantes : la systA�matisation de la��approvisionnement des structures de la��Etat, notamment la direction de la SolidaritA� nationale qui dA�pend de la PrA�sidence de la RA�publique, A� partir de la production locale. Le prA�sident de la RA�publique se veut clair : A� Plus de riz importA� pour la SolidaritA� nationale, ainsi que les cA�rA�monies religieuses oA? la��Etat intervient ! A�. De mA?me, la��armA�e, les hA?pitaux, les internats, etc. devront, dA�sormais, sa��approvisionner en riz local. Par ailleurs, Macky Sall insiste sur la qualitA� de la��emballage pour convaincre les SA�nA�galais A� acheter le riz local, les appelant A� un sursaut national.
En outre, les ministres des Finances et de la��Agriculture veilleront A� une prise en charge correcte des contraintes relatives A� la vA�tustA� et A� la��insuffisance des amA�nagements hydro-agricoles et en matA�riel da��irrigation, ainsi qua��A� la��insuffisance des infrastructures de stockage et de conditionnement. Le chef de la��Etat appelle aussi A� lutter, de faA�on plus vigoureuse, contre les vA�gA�taux aquatiques et la pression aviaire. La derniA?re mesure concerne la subvention de la culture attelA�e, ainsi que le matA�riel motorisA� A� hauteur de 50 % et la��exonA�ration du matA�riel et des A�quipements destinA�s A� la chaA�ne de valeur riz, surtout pour les intrants entrant dans la transformation du riz. Pour une application stricte de ces recommandations, le prA�sident de la RA�publique demande au Premier ministre de lui soumettre, A� la fin de chaque mois, un bilan dA�taillA� de la��exA�cution de ces dA�cisions. A� Nous abordons un tournant dA�cisif pour la��avenir du SA�nA�gal puisque la��ambition est grande, le dA�lai court, [et qua��]il nous faut donc changer de mA�thode de travail A�.

La production rizicole a augmentA� de 28 % en 2014-2015
Le dA�but de la mise en A�uvre du Programme national da��autosuffisance en riz a donnA� des rA�sultats A� tangibles A�, da��aprA?s le prA�sident Macky Sall. En effet, la production rizicole de cette annA�e est estimA�e A� 430.000 tonnes, soit une augmentation de 28 % par rapport A� la��annA�e 2013-2014. Ce qui reprA�sente 33 % sur la moyenne des cinq derniA?res annA�es. Le rendement est de sept tonnes A� la��hectare (avec des pics de 10-11 tonnes/ha dans certains endroits). 5 000 tonnes de semences certifiA�es ont aussi A�tA� reconstituA�es. Le facteur de ce succA?s, explique le directeur gA�nA�ral de la SociA�tA� da��amA�nagement et da��exploitation des terres du delta du fleuve SA�nA�gal (Saed), Dr Samba KantA�, rA�side dans la��appropriation du programme da��autosuffisance en riz par les producteurs, une bonne distribution des intrants et un doublement des crA�dits allouA�s par la Caisse nationale de crA�dit agricole du SA�nA�gal (quatre A� six milliards de FCfa). Reste A� gagner le dA�fi de la qualitA�, comme la��indique le prA�sident Macky Sall.
soleil Over the counter medication similar to zithromax atarax without prescription Flomax without prescription


Étiquettes : , , ,



Vision Verte




Article précédent

Programme national de la��autosuffisance : Le gouvernement face A� de lourdes contraintes

Article suivant

DE GRANDES INNOVATIONS RETENUES DANS La��AVANT-PROJET...





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

Programme national de la��autosuffisance : Le gouvernement face A� de lourdes contraintes

Pour sa premiA?re annA�e de mise en A�uvre, le Programme national da��autosuffisance en riz (Pnar) a enregistrA�...

4 February 2015