Urgent

Eau et assainissement : La rA�utilisation des eaux usA�es pour prA�venir les risques de pollution

Accueil / eaux-assainissement / pollution-nuisance / proprete / sante / 23 février 2015

How much dramamine can i give my dog dr seydou niang

Dr Seydou Niang ne doute pas que la rA�utilisation des eaux usA�es traitA�es est une bouA�e de protection des ressources qui se rarA�fient du fait des consA�quences des changements climatiques. En rA�alitA�, elle rA�duit les risques de pollution aussi bien des eaux de surface que celles des profondeurs.
Sur les berges de la grande mare du Technopole, le soleil est sur la dA�clinaison du couchant. En contrebas, les jardiniers et les fleuristes travaillent leurs lopins de terre. Dans une pente parcourue par des haies de salades, de choux et da��aubergines, Demba Diagne, un homme de forte corpulence, tenant dans chaque main un arrosoir, se faufile entre les parcelles amA�nagA�es et arbustives. Ces plantations de choux, de salades et da��oignons ont atteint des niveaux de dA�veloppement rapide. Sur la pente, le bruit des moteurs et des clapotements contraste avec la quiA�tude des jardins. La rA�utilisation des eaux usA�es se fait A� petite A�chelle. Les enjeux sont pourtant A�normes pour un pays sahA�lien comme le SA�nA�gal et surtout pour la capitale sA�nA�galaise qui traA�ne encore un dA�ficit.
Loin des pA�rimA?tres maraA�chers, dans son laboratoire da��eau et da��assainissement de la��Institut fondamental da��Afrique noire (Ifan) de la��UniversitA� Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), la��hydrobiologiste et environnementaliste Dr Seydou Niang considA?re la rA�utilisation des eaux usA�es traitA�es comme la��une des options durables de la prA�servation de cette ressource qui se rarA�fie. A�A�La rA�utilisation des eaux usA�es traitA�es pour la��agriculture est une opportunitA� A� ne pas rater. Parce que la non utilisation et la non valorisation de ces eaux a des impacts sur les eaux de surface tout comme sur celles des profondeursA�A�, soutient la��enseignement-chercheur. Selon lui, si les rejets liquides sont traitA�s et utilisA�s, les eaux de surface et la nappe seront au moins A� la��abri de la pollution par intrusion. Surtout que des A�tudes antA�rieures avaient montrA� que les diffA�rentes formes de pollution avaient des consA�quences nA�gatives sur les eaux des profondeurs dans la rA�gion de Dakar, notamment A� Thiaroye oA? sont construits plusieurs forages qui desservent une partie de la capitale. A�A�Nous avions fait une A�tude sur la nappe de Thiaroye. A la��A�poque, la��A�tude avait rA�vA�lA� que la pollution de la nappe avait privA� la population de Dakar da��une exhaure A� hauteur de 16.000 mA?tres cubes par jour, alors qua��en 1970, il na��y avait pas autant de pollution de la nappeA�A�, rappelle la��universitaire. Il indique qua��A� cette A�poque, la Sones pompait 16.000 mA?tres cubes, alors qua��aujourda��hui, elle est obligA�e de pomper moins de 1.000 mA?tres cubes. A�A�Donc, le fait de produire les eaux usA�es et de les jeter dans des zones inondables comme A� Djeddah Thiaroye Kaw et dans da��autres sites va contribuer A� la pollution. La quantitA� da��eau qui A�tait disponible ne la��est plusA�A�, explique Dr Niang. Par consA�quent, la rA�utilisation de cette ressource contribuera, selon lui, A� rA�duire les risques de dA�gradation de la nappe.

Moins de pression sur la��eau A�A�nobleA�A�
En plus de la prA�servation de cette ressource des profondeurs, la��utilisation A� grande A�chelle de ce rejet recyclA� est une rA�ponse A� la��A�vacuation des eaux brutes ou traitA�es en mer. Ainsi, la mer est moins sujette A� la contamination liA�e A� la gestion de cette eau. A�A�Le tout A� la��A�gout, la��eau traitA�e ou non traitA�e rejetA�e va contribuer A� augmenter la pollution des eaux de surface. Je rappelle que les pA?cheurs pA?chaient A� la seinne A� Hann, SoumbA�dioune, au Cap Manuel. Aujourda��hui, si vous le faites, vous avez un filet rempli da��algues A� cause du phA�nomA?ne da��eutrophisationA�A�, rA�vA?le la��universitaire.
La��hydrobiologiste est convaincu que le recours aux eaux usA�es traitA�es induirait en amont moins de pression sur les rA�serves en eau en ce sens qua��un volume important da��eau potable est transfA�rA� vers les usages agricoles.A� A�A�Si on utilisait un tant soit peu les eaux usA�es traitA�es, on A�conomiserait beaucoup da��eau A�A�nobleA�A�, ca��est-A�-dire propre pour la consommation. Et il est A�tabli que 80 % des eaux que nous consommons sont rejetA�esA�A�, analyse le scientifique.
Il rA�vA?le qua��actuellement, il y a une panoplie de mA�thodes de traitements ne nA�cessitant pas beaucoup da��investissements. Seydou Niang milite, en effet, pour la rA�utilisation de toutes les eaux traitA�es. Toutefois, il mesure la pertinence de la rA�alimentation de la nappe dans les zones oA? elle est trA?s profonde et en fonction de la texture des zones. Cela peut A?tre une alternative A� une rA�duction consA�quente de cette ressource dans ce contexte de changement climatique. A�A�La rA�injection pour rA�alimenter la nappe est une voie de la prA�servation de cette ressource. Mais cette rA�injection doit dA�pendre de la��endroit et de la profondeur de la nappe. Il faut que la nappe soit suffisamment basse pour que cette option soit pertinenteA�A�, fait remarquer la��hydrobiologiste. Aujourda��hui, les techniciens et les experts sont convaincus que la��utilisation A� grande A�chelle de cette eau usA�e traitA�e ne peut pas se faire en dehors des politiques agricoles. generic nolvadex


Étiquettes : , , , , , , , , , ,



Vision Verte




Article précédent

La construction du pont sur le fleuve Gambie est A�valuA�e A� 53 milliards pour une durA�e de 36 mois

Article suivant

SA�nA�gal : PA?che intensive, comment la��Europe nous affame





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

La construction du pont sur le fleuve Gambie est A�valuA�e A� 53 milliards pour une durA�e de 36 mois

Le pont sur le fleuve gambien reliant la verte Casamance au reste du pays, dont la pose de la premiA?re pierre a A�tA�...

23 February 2015