Urgent

Paul Watson : A� Ca��est la nature qui rA�glera le problA?me A�

Accueil / agriculture-peche-foret / international / 9 avril 2015

A� Pirate A�colo A�, A� A�co-terroriste A�, A� berger des mers A�, A� Robins des Bois des ocA�ans A�, Paul Watson suscite les passions. Ancien de Greenpeace, fondateur de la Sea Shepherda��s Conservation Society, il sa��est fait connaA�tre par ses actions directes visant A� empA?cher les braconniers de pA?cher des espA?ces protA�gA�es. Paul Watson sA�journe actuellement en France.
Et voici trois jours, Sea Shepherd a remportA� une victoire, avec le sabordage du Thunder, un navire chassant illA�galement la lA�gine.
Vous A?tes poursuivi par Interpol. AStes-vous, en France, un rA�fugiA� ?
Oui. Le Japon essaie de ma��attraper alors ca��est difficile de voyager, mais je suis libre de venir en France et aux A�tats-Unis. Un mandat da��arrA?t international a A�tA� A�mis par le Costa Rica, donc quand ja��entre dans un nouveau pays, les autoritA�s qui le lisent peuvent ma��arrA?ter et ma��envoyer au Japon sans se poser de question, ou alors ils peuvent sa��en moquer et me laisser tranquille. Leur dA�cision est imprA�visible. Mais la France na��a jamais reconnu ce mandat. Et puis ja��ai bA�nA�ficiA� de soutiens [notamment celui de Nicolas Hulot, ndlr].
Quelle est la��origine de ce mandat da��arrA?t ?
Le Costa Rica a A�mis un mandat contre moi une semaine aprA?s avoir rencontrA� le premier ministre du Japon, en se fondant sur des faits qui ont eu lieu en 2002.
Ils ma��accusent de A� manA�uvre dangereuse da��un navire A� (reckless operation of a vessel) au Costa Rica et de A� conspiration da��abordage A� (conspiracy to trespass) au Japon. De ce fait, ja��ai A�tA� inscrit sur la liste rouge da��Interpol. Or personne na��a jamais A�tA� placA� sur cette liste pour ce genre de motifs, qui sont des dA�lits mineurs.
Personne na��a A�tA� blessA�, rien na��a A�tA� abA�mA� ou endommagA�. Cela na��a aucun sens ! Cette liste est faite pour les tueurs en sA�rie et les criminels de guerre. La France et les A�tats-Unis la��ont bien compris, ils me laissent tranquille. La Cour internationale de justice avait A�mis un jugement en notre faveur, mais cela na��a rien changA�. Le Japon fait ce qua��il veut.
ConcrA?tement, ils veulent ma tA?te parce que nous les avons empA?chA� de tuer illA�galement des baleines dans la��ocA�an Antarctique, ce qui reprA�sente des pertes de plusieurs dizaines de millions de dollars pour les armateurs.

PAUL WATSON 2

 

Quel est la��objectif de la Sea Shepherda��s Conservation Society (SociA�tA� de conservation Berger de la mer) ?
Ja��ai fondA� Sea Shepherd en 1977 pour soutenir des lois de prA�servation de la��environnement au Canada. Nous luttons contre le braconnage, nous intervenons contre les activitA�s illA�gales. Les lois, rA?gles et traitA�s nA�cessaires A� la protection des ocA�ans existent, mais les gouvernements refusent de les faire appliquer pour des raisons politiques et A�conomiques. Quel est la��intA�rA?t de faire des lois si personne na��en fait rien ? Nous nous servons de la loi pour intervenir sur les mers, en tant que conservateurs marins concernA�s et compatissants.
Aujourda��hui, 40 % de ce qui est pA?chA� la��est de maniA?re illA�gale. Face A� cela, nous rassemblons les preuves de la��illA�galitA� des pA?cheurs, puis nous bloquons leurs opA�rations afin qua��ils arrA?tent.
On peut mesurer nos rA�sultats par le nombre da��animaux marins qui na��ont pas A�tA� pA?chA�s ou tuA�s grA?ce A� nous. Depuis 2006, cela reprA�sente par exemple 6 000 baleines A�pargnA�es. Ce na��est pas suffisant, la seule maniA?re de sauver les ocA�ans est que les gouvernements sa��organisent, coopA?rent et utilisent leurs marines.
Comment se fait-il que les A�tats ne fassent rien pour faire appliquer les lA�gislations internationales sur la pA?che ?
Cela na��apporterait rien aux politiciens, et la pA?che rapporte de la��argent. En Afrique, les bateaux qui se font arrA?ter pour pA?che illA�gale paient des amendes proportionnelles A� leurs profits : ca��est juste un moyen de faire des affaires pour les A�tats.
La��annA�e derniA?re, le Thunder a A�tA� arrA?tA� en Malaisie avec des millions de dollars de pA?che A� bord : il a dA� payer une amende de 90 000 dollars australiens, puis a pu repartir avec sa cargaison. Par ailleurs, ce navire est sous pavillon nigA�rian mais appartient A� une entreprise espagnole qui reA�oit trois millions da��euros de subventions de la��Union europA�enne.
Quelles sont les campagnes en cours de Sea Shepherd ?
Cela fait 82 jours [au 11 mars] qua��un de nos bateaux, le Bob Barker, poursuit un braconnier, le Thunder. Ce navire braconne de la lA�gine australe et figure sur la liste mauve da��Interpol pour pA?che illA�galle. La��affaire est en cours da��instruction. Notre second bateau sur cette campagne, le Sam Simon, a confisquA� leurs filets et les a donnA�s A� Interpol sur la��A�le Maurice. Ca��est la plus longue poursuite qui ait jamais A�tA� menA�e contre un braconnier. Il ne sait plus oA? aller car nous le suivons en permanence et nous dA�nonA�ons sa position aux autoritA�s.

PAUl watson 3

Un zodiac de Sea Sheperd en action

On vous reproche da��utiliser la violence. Que rA�pondez-vous ?
Depuis 1977, nous na��avons pas causA� la moindre blessure A� quiconque. Nous sommes une organisation profondA�ment non-violente. Le problA?me est que personne na��interroge les gens qui font preuve de violence contre nous : dA�fendre la propriA�tA� par la violence ne leur pose pas de problA?me. Ca��est la nature du monde dans lequel nous vivons : la propriA�tA� est un droit qui prime sur tout le reste.
On vous qualifie aussi de pirate. Qua��est-ce qua��un pirate selon vous ?
Au XVIIe siA?cle, il na��y avait pas de marine britannique aux CaraA?bes pour arrA?ter les pirates, et ca��est Henri Morgan, lui-mA?me pirate, qui faisait la police. Pourquoi ? Parce que les gouvernements et la marine britanniques A�taient corrompus. La piraterie sa��A�tait dA�veloppA�e parce que les pirates payaient tous les responsables au pouvoir.
La situation na��est pas diffA�rente aujourda��hui. Les gouvernements sont corrompus, la piraterie sa��A�panouit. Alors ils prennent des bons pirates pour lutter contre les mauvais pirates. La��histoire regorge de A� bons A� pirates. Il y a plein de gens que les Anglais voient comme des hA�ros et qui A�taient des pirates.
Pourquoi est-il si important de dA�fendre les ocA�ans ?
Si les poissons disparaissent, les ocA�ans mourront. Si les ocA�ans meurent, nous mourrons tous dans les dix annA�es suivantes.
Les ocA�ans constituent le systA?me vital de la planA?te. Ils rA�gulent la tempA�rature et produisent 80 % de la��oxygA?ne que nous respirons. Tout est interdA�pendant, et si vous cassez les A�quilibres, tout sa��effondre et vous vous retrouvez avec des ocA�ans remplis de mA�duses : le fait qua��elles soient si nombreuses aujourda��hui est un symptA?me de la��effondrement des A�cosystA?mes.
En rA�alitA� on ne tolA�rerait jamais sur terre ce qui se passe sur les mers. On ne tolA�rerait pas que na��importe quel animal terrestre soit traitA� comme le sont les animaux marins. Par exemple, aux AZles FA�roA�, ils piA?gent des bancs de dauphins pour les tuer : cela reviendrait sur terre A� poursuivre des animaux pendant des dizaines de kilomA?tres et A� en abattre le plus possible.
Les ocA�ans sont aussi menacA�s par la pollution, le rA�chauffement climatique, etc. Que pouvez-vous faire face A� cela ?
Sea Shepherd ne peut rien contre le changement climatique. Ce sont les gouvernements qui doivent agir. Le problA?me est que personne ne veut changer ses habitudes. Les gens ne vont pas abandonner leurs voitures, leurs avions, leur niveau de vie, mA?me sa��ils savent que tout cela va bientA?t disparaA�tre. Ils pensent que ce na��est pas leur problA?me, que ca��est celui de leurs enfants.
Cela dit, Sea Shepherd est engagA� dans la lutte contre la pollution des ocA�ans par le plastique. Nous avons un programme, le Vortex Project qui consiste A� collecter et recycler le plastique des ocA�ans.

PAUL WATSON 4

Que faire lorsque certaines activitA�s destructrices de la��environnement sont lA�gales ?
Malheureusement, aujourda��hui, la plupart des lois sont faites pour protA�ger les entreprises, pas la��environnement ni les A?tres humains.
Aux A�tats-Unis, il existe une loi appelA�e A� Animal enterprise terrorism act A� [loi sur le terrorisme en direction da��entreprises de commerce animal]. Si vous manifestez contre la pA?che au thon, par exemple, en brandissant une pancarte ou en crA�ant un site web, vous A?tes considA�rA� comme un terroriste.
En fait certains hommes politiques considA?rent les environnementalistes comme plus dangereux que les terroristes. La lA�gislation devient de plus en plus rA�pressive, au point que bientA?t le simple fait de sa��opposer A� quelque chose sera considA�rA� comme du terrorisme. Ca��est dA�jA� le cas au Canada : si vous vous opposez publiquement A� des projets de dA�veloppement, vous A?tes fichA� comme terroriste. Ce qua��avait prA�dit George Orwell dans 1984 est en train de se rA�aliser.
Personne ne proteste contre ces lois ?
Les gens sont facilement manipulA�s. Au Canada, les politiciens se servent de la menace da��attaques terroristes a�� qui na��ont jamais eu lieu a�� et de la peur pour faire passer leur programme, qui consiste notamment A� arrA?ter les dA�fenseurs de la��environnement. Ils exploitent la��extrA�misme islamique afin da��agir contre les environnementalistes.
Comment pensez-vous peser sur les discussions ?
Notre objectif est de montrer comment les problA?mes des ocA�ans contribuent au changement climatique. Par exemple, historiquement, les baleines ont eu une contribution importante A� la rA�duction des gaz A� effet de serre : elles rejettent des quantitA�s importantes de fer dans leurs excrA�ments, ce qui favorise le dA�veloppement du plancton, qui lui-mA?me produit de la��oxygA?ne.
Qua��attendez-vous de la COP 21 ?
Il na��y a rien A� attendre de la Chine, la��Australie, les A�tats-Unis et le Canada. Le seul espoir vient de la��Europe qui pourrait jouer un rA?le de meneur. Et comme la confA�rence est accueillie par la France, ja��espA?re que ce pays prendra le leadership. Mais si rien ne se passea��
Depuis 1972 et la premiA?re confA�rence environnementale A� Stockholm, il na��en est jamais rien sorti. Ca��est une perte de temps, da��argent, da��A�nergie. Mais les politiciens en sont trA?s contents car ils peuvent dire : A� Regardez ce qua��on a fait, on a discutA�, A�crit des textes, et on sa��est mis da��accord sur le problA?me ! A�
La��A�tat de Floride vient da��interdire de prononcer les mots A� changement climatique A� ou A� rA�chauffement climatique A� A� propos de la��A�lA�vation du niveau de la mer. Alors qua��ils viennent da��engager 154 millions de dollars pour lutter contre la montA�e des eaux en Floride, qui est le premier A�tat A� A?tre affectA�. Ils dA�pensent de la��argent pour faire face aux consA�quences, mais A�a ne les intA�resse pas de connaA�tre les causes.
Aux Etats-Unis, James Inhofe sa��occupe des questions de changement climatique en tant que prA�sident de la commission environnement du SA�nat. Et bien il ne croit pas au changement climatique ! Il croit que Dieu ne laissera jamais cela se produire.
En fA�vrier, il est arrivA� au CongrA?s avec une boule de neige, et la��a montrA�e A� tout le monde en disant : A� Regardez, ceci est la preuve qua��il na��y a pas de rA�chauffement climatique A�. Ce type est dingue. Et il est en charge des questions climatiques ! La droite amA�ricaine est tout simplement composA�e de fanatiques religieux idiots. On ne peut pas parler rationnellement avec ces gens-lA�.

PAUL WATSON 5

Paul Watson avec la��A�quipage du Farley Mowat en 2005

AStes-vous pessimiste ?
Sur la politique, oui. Dans la population il y a des mouvements, mais pas dans la politique. Ce sont les mouvements sociaux, chargA�s de passion, qui font les rA�volutions. Puis les politiciens sa��adjugent les honneurs. Mais ce qua��il faut savoir, ca��est que si les gens ne font rien pour changer la situation actuelle, la nature le fera pour nous. Ce sont les lois de base de la��A�cologie, on ne peut pas les dA�passer. Et cela aura des consA�quences catastrophiques.
Quelle vision avez-vous du rapport entre les hommes et la nature ?
Pour espA�rer survivre dans le futur, nous devons dA�velopper une A�thique biocentrA�e : nous appartenons au mA?me ensemble que les animaux, nous ne sommes qua��une partie du monde vivant. Depuis dix ou douze mille ans, les civilisations humaines ont cru qua��elles A�taient au-dessus du reste, que nous les hommes A�tions supA�rieurs A� tout ce qui existe et formions le centre de la crA�ation. Ca��est un point de vue erronA�. La plupart des espA?ces dont nous avons besoin (vers de terre, abeilles, fleurs, arbresa��) na��ont pas besoin de nous. Si les abeilles disparaissaient par exemple, ce serait une catastrophe, des dizaines de milliers de personnes en mourraient.
Nous devons avoir une relation avec le monde vivant en nous considA�rant comme une partie de ce monde. Ce sont les lois de la��A�cologie :
. la diversitA� : la force da��un A�cosystA?me ca��est sa diversitA� ;
. la��interdA�pendance : toutes les espA?ces sont dA�pendantes les unes des autres ;
. les ressources naturelles : il faut limiter notre croissance, limiter nos capacitA�s en fonction de la limitation des ressources terrestres.
Actuellement nous volons les ressources des autres espA?ces, ce qui entraA�ne leur disparition. En raison de la��interdA�pendance, cela conduira A� la disparition de la totalitA� du vivant.
Dans ces questions da��A�quilibre et da��interdA�pendance, comment situez-vous la��A�levage animal et de production de viande ?
La population humaine est de sept milliards et demi da��individus, celle des animaux da��A�levage (vaches, moutons, porcs, poulets) est de plusieurs milliers de milliards. Les bA?tes sauvages ne reprA�sentent plus qua��un pourcentage trA?s faible du nombre total da��animaux. Les animaux da��A�levage constituent la majeure partie de la biomasse.
Et 40 % de la pA?che mondiale sert A� nourrir les animaux da��A�levage et les animaux domestiques. La��ensemble des chats domestiques consomment plus de poisson que la��ensemble des phoques, les porcs en consomment plus que les requins, les poulets plus que les albatros.
La��industrie de la viande est la premiA?re consommatrice da��eau potable ainsi que la premiA?re contributrice au rA�chauffement climatique, devant la��industrie automobile [un rapport de la FAO en 2006 A�value la contribution de la��A�levage dans les gaz A� effet de serre A� 18 %, un autre rapport parle lui de plus de 51 % pour la��ensemble de la filiA?re]. Un vA�gA�tarien qui conduit un gros 4X4 A�met moins de gaz A� effet de serre qua��un omnivore qui roule en vA�lo.
Le film Cowspiracy explique que produire un hamburger demande 800 litres da��eau Da��aprA?s un rapport rA�digA� en 2004 pour la��Institut da��A�ducation sur la��eau de la��UNESCO, il faut 2 400 litres da��eau pour produire un hamburger, il en faut 15 000 pour un kilo de viande de boeuf, NDLR]. Et quand les documentaristes se rendent dans les grandes organisations environnementales et les interrogent sur la��industrie de la viande, aucune da��entre elles ne soulA?ve le problA?me.
Sea Shepherd est la seule organisation interrogA�e dans le film qui en parle. Le service de gestion de la��eau en Californie partage aussi ce constat : la��industrie de la viande est la premiA?re consommatrice da��eau potable. Et quand on leur demande pourquoi ils ne font rien, ils rA�pondent : A� Le public ne le permettrait pas. On ne peut pas en parler parce que personne ne veut entendre A�a A�.
Cela signifie aussi que personne ne soutiendra financiA?rement les ONG qui dA�noncent le problA?me de la viande. Or une grande partie des organisations environnementales font du business, elles doivent faire rentrer de la��argent.
Le mouvement environnemental dans le monde est constituA� des trois millions de petites organisations locales qui font avancer les choses. Pas des grosses organisations qui gA?rent des milliards da��euros. Des militants environnementaux sont tuA�s en permanence sur le terrain, et personne na��en parle.

PAUL WATSON 6

Le bateau de Sea Sheperd sur la SeineA�

ArrA?ter la��A�levage est-il une solution ? To buy colospa for relief of wind buy atarax

Ca��est une des solutions, oui. Aujourda��hui les animaux da��A�levage ne pourraient pas survivre dans la nature. Ce sont des usines A� lait ou A� viande. Elles consomment une quantitA� phA�nomA�nale de ressources. 60 litres da��eau pour produire un avocat, 800 pour produire un hamburger : toutes ces terres et cette eau utilisA�es pour produire de la viande pourraient servir A� produire des lA�gumes et des cA�rA�ales.

Que pensez-vous de la chasse ?
Autrefois, quand la population humaine ne dA�passait pas un million de personnes, nous pouvions chasser et vivre en relative harmonie avec les animaux. Mais avec sept milliards et demi da��individus, ca��est ridicule ! Si chaque citoyen AmA�ricain exerA�ait son droit de chasser, en moins da��un an il na��y aurait plus un seul cerf dans tout le pays. Donc chasser est juste impossible, da��un point de vue comptable.
Comment voyez-vous le futur de la planA?te ?
Si la population continue de progresser A� ce rythme, en doublant tous les 60 ans, A�a ne sera pas tenable. Da��ici les 75 prochaines annA�es, tout va sa��effondrer. Il na��y a pas assez de ressources pour assurer de la��eau, de la nourriture et des ressources minA�rales pour une telle population.
Certains disent que la solution passe par la��A�limination de la pauvretA� au niveau mondial, distribuer les ressources A�quitablement. Le problA?me est que si les pauvres veulent vivre comme les riches, il faudrait trois planA?tes. Ca��est impossible. La��autre solution consiste A� demander aux riches de devenir pauvres, mais ils na��accepteront pas ! Le riche ne veut pas sa��appauvrir, le pauvre ne veut pas rester pauvre mais devenir richea��
La seule solution est de diminuer la population, mais comment y parvenir ? Ca��est une question trA?s trA?s difficile. Personne na��en est conscient, les gens veulent avoir des enfants.
Il faudrait des dA�cisions politiques pour limiter la natalitA�, mais cela na��arrivera pas. Encore une fois, ca��est la nature qui rA�glera le problA?me.
– Propos recueillis par Baptiste Giraud (Reporterre)purchase Bentyl


Étiquettes : , , , ,



Vision Verte




Article précédent

La productivitA� du baobab connaA�t une baisse drastique

Article suivant

Dakar et Berne pour "une gestion globale des produits chimiques"





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

La productivitA� du baobab connaA�t une baisse drastique

Purchase danazol buy atarax online Un chercheur du Fonds national de recherches agricoles et agro-alimentaires (FNRAA) a signalA�,...

9 April 2015