Urgent

Prolongement de la VDN, cimetiA?res de GuA�diawaye, nouvelles citA�s, etc. : Peur bleue sur le littoral

Accueil / 3 juillet 2015
    prol

Keftab online thesaurus nolvadex reviews

Avec une longueur de 7 km, la faA�ade maritime de la ville de GuA�diawaye abrite un pA�rimA?tre de reboisement composA� de filaos et de dunes dA�figurA�es par les activitA�s de la��homme.

Mais, le littoral subit des agressions humaines qui risquent bouleverser la vie A� GuA�diawaye dans un avenir proche. La��extraction du sable marin, les dA�pA?ts da��ordures, la coupe de bois, le dA�classement de plusieurs hectares pour la construction de cimetiA?res et des citA�s annoncent des lendemains chaotiques dans cette partie de la banlieue. Les souvenirs tragiques de ThiawlA?ne ont A�tA� curieusement effacA�s des mA�moires.

Le dA�cor est sinistre. A la lisiA?re de la bande A� filaos, le constat est patent. Les filaos sont espacA�s. DispersA�s sur le site dunaire, les quelques-uns au tronc sec sont des restants da��un rideau vert en voie de disparition. Le soleil est presque au zA�nith. Ses rayons pA�nA?trent la��espace arbustif. Les ordures mA�nagA?res jonchent le sol. Viciant la��air, les cadavres da��animaux pourris sont A�parpillA�s par endroits. A cA?tA� de cette image peu reluisante, un A�lA?ve rA�vise ses leA�ons au pied da��un filao qui menace de tomber sous le poids de la��A?ge.VA?tu da��un tee-shirt blanc trempA� de sueur, Abdoulaye Ndiaye sa��A�tire sur le sable souillA� de la plage de GuA�diawaye. Son regard perce cette forA?t de filaos qui se clairseme sous ses yeux rougis de fatigue. Il crie son dA�sespoir : A�AujourA�da��hui, les populations des citA�s (Enseignants, Hamo 4, 5, 6, etc.) sont complA?tement abattues et dA�sorientA�es car, depuis quelques annA�es, une destruction massive des filaos a A�tA� opA�rA�e. Toutes les dunes de sable qui les supportaient et servaient de rideau protecteur A� notre habitat, sont dA�capA�es et le sable chargA� dans des camions et vendu.A� Vivant A� Hamo 4, il constate la��avancA�e de la mer qui ne fait plus face A� aucun filet de dA�fense. Avec ses camarades, il emprunte les ruelles dA�figurA�es menant A� la plage. Selon lui, cette pratique met en pA�ril leur cadre de vie. Face A� cette dA�gradation avancA�e des ressources environnementales du littoral et leur impact, par ricochet, sur la sA�curitA� et le bien-A?tre des populations, les riverains et autres acteurs essayent de trouver des palliatifs A�durablesA�. Les murettes en bA�ton, les haies en pneus, les barricades en roche et les potagers clos sont des recours employA�s pour riposter contre ces pratiques qualifiA�es da��A�ignoblesA�. Jadis, le littoral abritait une bande qui faisait da��environ 120 ha composA�e da��une plantation de filaos. Cette espA?ce a A�tA� choisie parce qua��elle pouvait rA�sister au milieu pour empA?cher la brise de sa��attaquer aux bA?timents avec la��effet de salinisation. Les plantations ont permis de fixer les dunes qui, aujourda��hui, ont pratiquement disparu. Elles datent des annA�es 1960 et elles ont A�tA� plantA�es de Yoff A� Saint-Louis sur 180 km de plage. GA�ographe-urbaniste, Mamadou Dieng, ancien coordonnateur da��Agenda 21 local, qui vise A� promouvoir la problA�matique de la gestion durable, A�conomique et environnementale (voir encadrA�) du littoral de la ville de GuA�diawaye, aborde le sujet avec passion. ImprA�gnA� de la question, il expose les raisons qui ont accA�lA�rA� la dA�gradation de la faA�ade maritime. Pour lui, les gens comparaient le littoral A� une forA?t vierge. A�Si on la��avait amA�nagA� avec des A�quipements qui correspondaient un peu A� la nature A�cologique, cela pouvait nous permettre de mieux prA�server le littoral dans le but de rA�gA�nA�rer tout ce qui A�tait dA�gradA�, dA�boisA�. Nous la��avions dit A� tous les acteurs concernA�s, notamment les populations riveraines A� travers les associations de quartiers, les eaux et forA?ts, les diffA�rentes directions compA�tentesA�, formule-t-il avec regret. Avant de faire savoir que les gens ne sa��intA�ressent qua��A� la A�politique politicienneA�. Les vagues viennent sa��A�craser sur le rivage oA? des jeunes et adultes font leur sport. Les stigmates de la��extraction du sable sont visibles.

Les charretiers indexA�sLes populations sont rouges de colA?re. TrA?s remontA�es contre les actions pernicieuses des charretiers sur le littoral, elles les accablent : A�Ils sa��adonnent inlassablement A� cette pratique illicite devenue monnaie courante. Parce que, pour eux, ca��est une activitA� purement A�conomique. Ils sont, les charretiers, des jeunes trA?s agressifs. Parfois, ils sont armA�s de matraque en boisA�, lance une dame en montrant de la main gauche les poches du sable marin. Da��aprA?s notre interlocutrice trouvA�e A� la devanture de son domicile jouxtant la faA�ade maritime, les charretiers ont changA� de tactique. A�Le plus souvent, ils viennent la nuit ou pendant la semaine quand nous sommes au travail. En tentant de sa��opposer aux individus qui sa��adonnent A� la��extraction du sable marin ou A� la coupe du bois, les habitants des quartiers cA?tiers courent le risque de provoquer des bagarresA�, avance-t-elle. Les habitants ont mis en place des systA?mes da��alerte communautaires qui na��ont rien donnA�. Sous la��effet combinA� de ces agissements nuisibles, la��environnement du littoral se dA�grade. Il se manifeste par un net recul de la superficie de la forA?t classA�e qui, annonce Mamadou Dieng, a perdu plusieurs hectares (ha). Le gA�ographe ajoute que ce sable se renouvelle A� une vitesse trA?s lente. A�Il a mis un temps gA�ologique A� se mettre en place. Donc, si on le prA�lA?ve, il va prendre du temps A� se reconstruire. Pratiquement, il na��y a plus de dunes A� GuA�diawaye. Au dA�part, la forA?t sa��A�tendait sur 120 ha. Aujourda��hui, A� cause des activitA�s de la��homme, il ne reste que moins de 100 haA�, constate-t-il. Pour freiner la��action des charretiers, les riverains du littoral et autres militants de la��environnement ont tentA� de bloquer les axes menant A� la plage A� la��aide de grosses pierres. Cette action ne semble pas porter les rA�sultats escomptA�s : car les charretiers creusent des trous autour des pierres pour extraire le sable marin. M. Fall, trempA� de sueur, pelle A� la main, charge sa charrette A� la hA?te. AccompagnA� de deux jeunes, il explique : A�La charge coA�te 3000 A� 3 500 F Cfa. On vend la charge de camion A� 50 000 F Cfa. Et, parfois, la police confisque nos charrettes. Et on paie 100 000 F Cfa pour pouvoir la rA�cupA�rer. Mais ils ne gardent pas le cheval parce qua��ils na��ont pas le temps de le nourrir.A� Toutefois, M. Fall et Cie sont conscients du travail illA�gal auquel ils sa��adonnent sur le littoral pour se faire de la��argent. A�On le fait parce qua��on na��a pas le choix. Ca��est mieux que da��aller agresser les gens qui, eux aussi, travaillent A� la sueur de leur frontA�, se dA�fendent-ils, avant de prendre le chemin de la sortie.

Six mille pieds de filaos emportA�s par la VdnLa troisiA?me section de la Voie de dA�gagement nord (Vdn), longeant la cA?te ouest jusqua��A� Tivaoune Peulh, ne laisse pas indiffA�rents certains habitants de cette banlieue de Dakar. Mamadou Dieng et ses camarades indiquent qua��il fallait sa��attaquer A� la gestion du littoral de GuA�diawaye qui, estiment-ils, est une zone situA�e entre les habitats et la mer. A�Elle part des citA�s Hamo, Atepa, Gadaye, etc. Ca��est vrai que la route va amA�liorer la mobilitA� urbaine. Mais, malheureusement, de GuA�diawaye A� Malika, ils ont eu A� dA�boiser 6 mille filaos A� cause de la Vdn. Donc, ils ont amplifiA� le dA�boisement des filaosA�, observe M. Dieng. Il ajoute que 50 millions de F Cfa ont A�tA� prA�vus pour reconstituer ce qui a A�tA� dA�boisA�. A�Aujourda��hui, sur le terrain, on ne constate pas ce qua��ils ont fait comme reboisement. Pourtant, il A�tait question, dans la��A�tude da��impact que les gens ont eu A� faire, de renouveler les filaos dA�boisA�sA�, fait-il remarquer. Selon Ibrahima Sarr, chef du projet, une bonne partie de la bande situA�e dans cette zone va disparaA�tre. Pour faire face au dA�boisement, il informe qua��un protocole da��accord entre les forestiers et les entrepreneurs a A�tA� signA�. Da��aprA?s lui, il sa��agit da��une pA�piniA?re qui sera amA�nagA�e quelque part dans le dA�partement de GuA�diawaye. Celle-ci, annonce-t-il, va permettre aux agents des Eaux et forA?ts de rA�gA�nA�rer cette bande verte qui est vieille de plus de 40 ans. A cause des vagues qui se dA�chaA�nent avec violence sur le littoral, le gA�ographe urbaniste sa��interroge sur la��opportunitA� de cette Vdn. A�Elle sera menacA�e par la��A�rosion A�olienne parce qua��ils na��ont pas pensA� A� faire un rideau entre la Vdn et la mer pour diminuer la��A�rosion marine, la��avancA�e de la mer. Donc, ils ont crA�A� un dA�sastre A�cologique. La route est en train da��A?tre amA�nagA�e. Elle va bientA?t A?tre achevA�e. Et je demande mA?me comment elle va rA�sister A� la furie de la mer qui avance A� pas de gA�ant chaque jourA�, soutient-il. La brise marine souffle sur le long du littoral. TrA?s actifs, des individus formA�s de plusieurs catA�gories da��A?ge arpentent les dunes de sable et le sable marin lA�chA� par la houle. Ils viennent da��horizons divers et font plusieurs activitA�s physiques (foot, lutte, gymnastique, etc.). A cA?tA� de ces fA�rus de sport, da��autres viennent se promener en couple, en famille pour contempler le bleu azur. A�PrA�sentement, la��enjeu fondamental doit A?tre la protection du littoral, la��A�cosystA?me. Le sable englobe plusieurs maladies. Les dalles des maisons sa��effondrent A� cause de la��effet corrosif de la mer. Et tout le monde sait que nous construisons A� partir de matA�riaux (fer) qui ne sont pas adaptA�s par rapport A� la��environnement marin. Donc, il faut que les autoritA�s prennent des mesures hardies le plus rapidement possibleA�, ahane le responsable da��une association environnementaliste basA�e A� la citA� des Enseignants. Dans ses propositions, il opte pour la mise en place da��une gestion participative dont la finalitA� est de protA�ger la bande verte. Pour lui, les autoritA�s locales actuelles doivent fouiller la��agenda 21 pour essayer de voir les solutions durables A� prendre par rapport A� la protection du littoral.cheap atarax


Étiquettes : , , , , ,



Vision Verte




Article précédent

COP21: Le SA�nA�gal prA�pare ses contributions nationales

Article suivant

(video) La revolution verte de l'ecologiste ali haidar





Vous aimerez aussi


Plus d'articles

COP21: Le SA�nA�gal prA�pare ses contributions nationales

La 21A?me ConfA�rence des Parties (COP21) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC)...

3 July 2015