Urgent

Lutte contre le trafic de bois: les nouvelles mesures sont-elles appropriA�es pour la Casamance?

Accueil / agriculture-peche-foret / alarme / economie verte / 23 août 2015

Tegretol price canada atarax reviews La��A�tat du SA�nA�gal perd chaque annA�e 40 000 hectares de forA?t, surtout en Casamance oA? un trafic international de bois sa��est dA�veloppA�. Pour faire face A� ce phA�nomA?ne, le PrA�sident de la RA�publique Macky Sall a annoncA�, le 24 juillet 2015, des mesures jugA�es courageuses par les organisations de dA�fense de la��environnement. Il sa��agit de la suspension de la dA�livrance des permis de coupe de bois sur la��ensemble du territoire, de la mobilisation des forces de dA�fense et de sA�curitA�, du recrutement de 400 agents des eaux et forA?ts et du durcissement des peines. La mise en A�uvre effective de ces mesures sa��annonce toutefois difficile dans le contexte de la Casamance. A�

La Casamance, espace gA�ographique situA�e au sud du SA�nA�gal et comprenant les rA�gions de Ziguinchor, SA�dhiou et Kolda abrite les rA�serves forestiA?res les plus importantes du pays. Selon les services des eaux et forA?ts de Ziguinchor, ce sont des dizaines da��hectares de massifs forestiers qui disparaissent chaque annA�e en Casamance du fait da��une exploitation illA�gale et abusive du couvert vA�gA�tal.

Pour la seule rA�gion de Ziguinchor par exemple, 320 troncs de teck, 134 troncs de vA?ne, 186 troncs de gmA�lina, 77 troncs de caA?lcA�drat ont A�tA� saisis par les agents des eaux et forA?t dans la pA�riode de 2014-2015. Ces chiffres ne prennent toutefois pas en compte les milliers de troncs da��arbres coupA�s de faA�on illicite et qui prennent la direction du Nord du pays, des pays limitrophes et de la Chine.

En effet, la��exploitation illicite des forA?ts de la Casamance sa��est dA�veloppA�e A� la��A�chelle da��un rA�seau de trafic international de bois. ParticuliA?rement pratiquA� dans les zones frontaliA?res avec la Gambie, il est la��A�uvre des populations autochtones, de certaines factions du Mouvement des forces dA�mocratiques de la Casamance (MFDC) et de citoyens gambiens. Il serait commanditA� par des chinois dA�tenant des scieries en Gambie et qui auraient commandA� 7000A�conteneurs de 40 pieds de bois de vA?ne selon la��ancien ministre de la��environnement du SA�nA�gal, HaA?dar El Ali.

Un tel trafic serait A�galement en cours au sud de la Casamance notamment A� la frontiA?re avec la GuinA�e Bissau mais, dans une moindre mesure. La forA?t classA�e de Bissine et des Bayottes, dans le dA�partement de Ziguinchor, seraient les plus touchA�es. Toutes les forA?ts de la Casamance seraientA�ainsi menacA�es. Seules les forA?ts sacrA�es, lieux de culte da��origine animiste trA?s rA�pandus en Casamance, notamment dans le dA�partement da��Oussouye, sont pour le moment A�pargnA�es. Le bois visA� est principalement le teck, le vA?ne et le caA?lcA�drat.

Trois facteurs sont A� la��origine de la��aggravation de ce phA�nomA?ne.

Le premier est liA� A� la��insA�curitA� provoquA�e par le conflit armA� opposant le MFDC et la��armA�e sA�nA�galaise depuis 1982. De nombreuses zones ont A�tA� dA�sertA�es par les populations A� cause des combats, de la prA�sence de mines ainsi que de groupes rebelles. La prA�sence de la��A�tat y est de ce fait limitA�e ou inexistante favorisant ainsi le dA�veloppement du trafic de bois.

Le deuxiA?me facteur est la��impuissance des services de la��A�tat. Les services des eaux et forA?ts, chargA�s de la protection de la��environnement disposent de peu de moyens humains et matA�riels pour mener leur mission. A� titre da��illustration, il n ya��aurait qua��un seul agent des eaux et forA?ts dans la��arrondissement de Sindian, situA� dans le dA�partement de Bignona, A� Ziguinchor. A� cela sa��ajoute la situation da��insA�curitA� qui empA?che ces agents de couvrir les zones jugA�es dangereuses.

Le troisiA?me facteur est liA� A� la dA�tA�rioration de la situation socio-A�conomique. Les rA�gions de Ziguinchor, SA�dhiou et Kolda font partie des rA�gions les plus pauvres avec un taux de chA?mage qui dA�passe la moyenne nationaleA�; une situation due en partie au conflit armA�. La��exploitation du bois constitue donc pour une bonne partie de la population la principale source de revenus. Selon l’ancien ministre de l’environnement HaA?dar El Ali, pour chaque 30 troncs da��arbres livrA�s, les jeunes impliquA�s reA�oivent une moto jakarta,A�souvent utilisA�e comme taxi-moto.
A�
Les consA�quences de cette dA�forestation sont dA�jA� perceptibles sur le terrain. Le dA�rA?glement des pluies et l’A�rosion des sols engendrent de mauvais rendements agricoles, accentuant ainsi la situation de pauvretA�. Ce qui favorise la��exode rural et pousse certains jeunes A� la��immigration clandestine.

Aussi, la rarA�faction des ressources forestiA?res en Casamance engendre parfois des conflits. Outre ceux qui se produisent entre agents des eaux et forA?ts et dA�linquants ainsi que entre agriculteurs et A�leveurs, da��autres conflits pourraient subvenir entre communautA�s villageoises pour la��accA?s aux ressources. Il est donc A� craindre A� court ou moyen terme que la rarA�faction des ressources forestiA?res na��accentue ces conflits.

Dans ce contexte marquA� par la��insA�curitA�, la pauvretA�, la��impuissance des services de la��A�tat et la passivitA� des pays voisins concernA�s, la mise en A�uvre des mesures annoncA�es par le PrA�sident Macky Sall sa��annonce difficile pour trois raisons principales.

Da��abord, la suspension de la dA�livrance des permis de coupe de bois pourrait conduire des personnes travaillant dans les scieries lA�galement constituA�es au chA?mage, risquant ainsi da��alimenter le trafic. Il est donc nA�cessaire pour le SA�nA�gal de mettre en A�uvre des projets de substitution susceptibles de garantir des revenus A� ces personnes.

Ensuite, une collaboration avec la Gambie et la GuinA�e Bissau est nA�cessaire pour renforcer le contrA?le des frontiA?res et mieux rA�glementer la��exportation du bois dans ces pays.

Enfin, cette nouvelle politique ne pourra A?tre efficace que dans un climat sA�curitaire apaisA�. La question du trafic de bois devrait A?tre abordA�e avec les factions rebelles dans le cadre des discussions de paix en cours. Cela, afin da��A�viter da��A�ventuelles accrochages armA�es qui risquent de remettre en cause le processus de paix.

Les A�moyens militaires et juridiques annoncA�s ne sauraient ainsi A� eux seuls mettre fin au trafic de bois. La rA�ussite dA�pend au fond de la��amA�lioration des conditions socio-A�conomiques, de la��implication des pays voisins concernA�s et de la��amA�lioration de la situation sA�curitaire.buy Flomax online


Étiquettes : , , , , , , ,



Vision Verte




Article précédent

(video) la contamination atmosphA�rique est responsable de plus de 7 000 000 de morts par an selon Maria NEIRA

Article suivant

Vers la gA�nA�ralisation du systA�me d'A�clairage public par lampadaires solaires (Ministre)





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

(video) la contamination atmosphA�rique est responsable de plus de 7 000 000 de morts par an selon Maria NEIRA

Tetracycline staining treatment Flomax reviews Dr Maria NEIRA directeur du dA�partement santA�-environnement a l'OMS...

21 August 2015