Urgent

Khalifa Sall jette A� la poubelle le dA�cret de Macky

Accueil / alarme / catastrophe / dechets / pollution-nuisance / 26 novembre 2015

AprA?s la dA�cision de la��Etat de reprendre la gestion des ordures aux collectivitA�s locales, le maire socialiste a manifestA� hier toute sa volontA� da��aller jusqua��au bout de la bataille juridique dA�jA� engagA�e. Car pour Khalifa Sall, la��Etat a violA� les textes en vigueur Price singulair 10 mg . nolvadex reviews

Ca��est un Khalifa Sall visiblement dA�terminA� A� aller jusqua��au bout de sa bataille engagA�e contre la��Etat du SA�nA�gal qui a fait face A� la presse hier. Le maire de Dakar, au cours du Conseil municipal de Dakar qui sa��est rA�uni A� la��hA?tel de ville, sa��est largement A�panchA� sur le rA�cent dA�cret pris par le prA�sident de la RA�publique pour retirer la gestion des ordures aux collectivitA�s locales. En effet, par le dA�cret 2015/17/03 du 26 octobre 2015 portant transfert du programme de gestion des dA�chets solides urbains de la rA�gion du Cap-Vert, le chef de la��Etat Macky Sall a dorA�navant repris la gestion des ordures aux collectivitA�s locales qua��il a confiA�e A� la��UCG. Mais pour Khalifa Sall qui a da��ailleurs attaquA� ledit dA�cret devant la Cour suprA?me, les motifs qui y sont A�voquA�s sont contestables. Cela, da��autant qua��une simple dA�claration da��A�lus ne saurait dissoudre une institution crA�A�e par dA�cret.

a�?a��Ceux qui ont pris ce dA�cret savent bien que la CAR, tel qua��elle avait A�tA� constituA�e, ne peut pas A?tre dissoute par une pA�tition initiA�e par des A�lus de la ville de Rufisque. Ca��est un dA�cret qui a crA�A� la CAR et la CADAK. Par consA�quent, A�seul un dA�cret peut les dissoudrea��a��, estime le maire socialiste. Qui fulmine que a�?a��ce qui gA?ne le plus dans cette affaire, ca��est qua��on le mette dans un texte qua��on fait signer par le prA�sident de la RA�publiquea��a��. Avant de poursuivre que a�?a��cette pA�tition ne peut pas valoir dA�cision qui fasse sortir la CAR de la��Entente parce que ca��est la CAR qui A�tait membre et non les collectivitA�s locales de Rufisquea��a��.

En rA�alitA�, ce qui sa��est passA�, selon le maire socialiste, ca��est qua��a�?a��aprA?s les A�lections locales de 2014, la CADAK a renouvelA� ses instances sous la��autoritA� du gouverneura��a��. Il a dA?s lors A�tA� demandA� A� la CAR da��en faire de mA?me. Ce qui na��a jamais A�tA� fait, selon lui. ConsA�quenceA�: a�?a��Entente CADAK-CAR a donc fonctionnA� depuis lors de maniA?re transitoire en attendant que la CAR soit renouvelA�e sur la base des rA�alitA�s actuelles dA?s lors que le dA�cret A�numA�rait les collectivitA�s locales membres notamment Rufisque, Sangalkam, Diamniadio, Yenne et SA�bikotane.a��a��

Dans le dA�cret prA�sidentiel retirant la gestion des ordures aux collectivitA�s locales, il est A�galement fait cas da��insatisfaction de la��Etat de la gouvernance de la��Entente. Un argument battu en brA?che par Khalifa Sall qui jure qua��a�?a��il na��y a eu aucune dA�cision prise sans la��assentiment de la CARa��a��.

Outre cet argumentaire, la��Etat reproche A�galement A� Entente Cadak-Car une prA�caritA� des conditions de travail du personnel des ordures. Selon Khalifa Sall, il na��en est rien. a�?a��Cela ma��a fait trA?s mal qua��on parle de prA�caritA� des conditions de travail du personnel. Heureusement que le personnel a dit lui-mA?me que ca��A�tait fauxa��a��, dA�clare Khalifa Sall qui souligne qua��a�?a��au moment oA? les ordures retournent une seconde fois au gouvernement, les jeunes qui travaillent dans les ordures ont vu toute leur situation rA�glA�e. Ils ont une convention, des salaires, une mutuelle de santA�, des comptes bancaires, ils ont droit A� des logements et ont mA?me une coopA�rative de logementa��a��.

a�?a��Qua��on nous dise aujourda��hui qua��il y a des choses A� faire et qua��il faut continuer, je suis da��accord. Mais qua��on dise que ca��est une situation prA�caire, ca��est injustea��a��, dA�plore-t-il. Il na��empA?che que, selon la��Etat, il subsiste encore des contraintes da��ordre institutionnel, organisationnel et financier qui bloquent la��opA�rationnalitA� des structures de coopA�ration intercommunale de la rA�gion du Cap-Vert. CertesA�! Mais pour Khalifa Sall, le premier fautif de cette situation na��est personne da��autre que la��Etat.A� De la��avis du maire de Dakar, a�?a��si la��Etat avait dA?s aprA?s les A�lections de 2014 pris un dA�cret modificatif du dA�cret portant organisation de la CAR, on na��en serait pas lA�a��a��.

Dans le fond comme dans la forme, Khalifa Sall dA�nonce une violation de la loi par la��Etat pour reprendre la gestion des ordures. A dA�faut de rendre les ordures aux collectivitA�s locales aprA?s la dissolution de CAR, la��Etat devait da��abord modifier les dispositions du Code gA�nA�ral des collectivitA�s locales comme la��avait fait le rA�gime prA�cA�dent. a�?a��Le rA�gime prA�cA�dent avait modifiA� les dispositions du CGDCL et avait dA�cidA� de reprendre les ordures et de les gA�rer lui-mA?mea��a��, souligne-t-il. Avant de lancer sur un ton fermeA�: a�?a��La ville de Dakar va sa��occuper de ses ordures parce que ce que la��Etat ne prend pas en compte, ca��est que la��autoritA� naturelle compA�tente pour sa��occuper da��ordures, ca��est le maire.a��a��

enquete+cheap Flomax


Étiquettes : , , , , , , , ,



Vision Verte




Article précédent

Mbeubeuss ne sera fermA� que quand le centre d'enfouissement sera opA�rationnel (Ministre)

Article suivant

Cop21: pour le pape, un A�chec aurait des "consA�quences catastrophiques"





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

Mbeubeuss ne sera fermA� que quand le centre d'enfouissement sera opA�rationnel (Ministre)

Le ministre de la��Environnement et du DA�veloppement durable, Abdoulaye BaldA� a soulignA�, mercredi A� Dakar,...

25 November 2015