Urgent

DA�gradation de la rA�serve biosphA?re dans le delta du Saloum: des milliers d’hectares dA�truits chaque annA�e

Accueil / alarme / catastrophe / changements climatiques / pollution-nuisance / 19 avril 2016

De 500.000 hectares en 1988, la superficie couverte par la rA�serve BiosphA?re du Delta du Saloum a fortement A�tA� rA�duite au courant de ces derniA?res annA�es. MA?me si, aujourda��hui, on se refuse de dire qua��elle a A�tA� diminuA�e A� moitiA�, on peut quand mentionner que cette bande de terre marA�cageuse couvrant la mangrove et ses A�cosystA?mes est maintenant infA�rieure A� 300.000 ha et a perdu beaucoup da��espA?ces animales et vA�gA�tales durant cette pA�riode.

MalgrA� les efforts considA�rables fournis par la��Etat et certains de ses partenaires au dA�veloppement dans le dessein de restaurer ces forA?ts, le phA�nomA?ne persiste de plus en plus sous le regard passif des collectivitA�s locales, les seules habilitA�es A� apporter des solutions idoines A� cette question environnementale. La baisse du systA?me pluviomA�trique constatA�e au SA�nA�gal entre les annA�es 70 et 99, le rA�chauffement climatique, la��augmentation des tempA�ratures et celle de la salinitA� de la��eau, la��acidification des terres, la��amA�nagement de sites industriels sans aucune A�tude menA�e au prA�alable et la��ensablement des bolongs causA� par les multiples A�rosions hydrauliques et A�oliennes constituent certes les principaux facteurs environnementaux de dA�gradation, mais ils sont encore loin de justifier les proportions inquiA�tantes qua��a connues le phA�nomA?ne au cours de ces dix (10) derniA?res annA�es.

Pour cause, dans la plupart des collectivitA�s installA�es dans le Delta, la coupe abusive de la��espA?ce Rhizophora Mangue et mA?me de la��Avicennias porte dangereusement prA�judice aux nombreuses opA�rations de reboisement et de rA�gA�nA�ration dA�roulA�es dans la zone et empA?che largement aux populations de tirer profit de ces richesses. Outre la construction traditionnelle qui oblige la plupart des populations A� aller couper la mangrove pour se ravitailler en bois, et qui tend aujourda��hui A� disparaA�tre du fait de la sensibilisation et de la��adoption des nouvelles techniques de construction de cases en bois industriel, la��une des causes de la��exploitation abusive de la Mangrove est aussi liA�e A� la transformation du poisson frais en produit braisA�. Une activitA� qui gA�nA?re da��importantes richesses pour les populations, mais qui est aussi facteur potentiel de dA�sertification et da��A�limination progressive de la BiosphA?re.

LES INSTITUTIONS LOCALES, ABONNEES ABSENTES
Order myambutol ethambutol

Aujourda��hui, sur les deux (2) rives du Fleuve menant vers les A�les du Gandour, des villages entiers sont installA�s avec des batteries de fours et des tonnes de bois coupA�es dans la Mangrove et devant servir A� la cuisson des produis halieutiques. Des milliers de personnes, en majoritA� des A�trangers, poursuivent en toute quiA�tude leurs activitA�s dA�vastatrices dans ces lieux isolA�s. Non seulement elles na��ont jamais fait la��objet da��une quelconque interpellation par les institutions locales, naturellement chargA�es des questions environnementales, mais il se trouve aussi que le seul service des Eaux et ForA?ts qui existe dans le dA�partement de Foundiougne, ne regroupe que deux (2) A�lA�ments et ne dispose non plus da��aucune logistique pour assurer la surveillance des A�cosystA?mes dans les A�les.

Da��aprA?s certains responsables de A� Wetland SA�nA�galA�, organisation non gouvernementale, auteur da��une restauration et rA�gA�nA�ration da��une superficie de 216 ha dans les collectivitA�s de Joal-Fadiouth et Foundiougne, da��autres carrA�s de la rA�serve BiosphA?re sont menacA�s de disparition si aucune solution na��est apportA�e A� ce phA�nomA?ne. Car, au moment oA? les programmes de sensibilisation commencent dA�jA� A� jaillir et porter leurs fruits dans les sociA�tA�s, avec en appui la��utilisation des foyers amA�liorA�s au sein des concessions et le besoin de protA�ger les A�cosystA?mes par des techniques modernes et communautaires, de telles pratiques occultes peuvent tout chambouler si aucune mesure rA�pressive na��est prise pour les dissuader.

sudonline purchase atarax cheap atarax


Étiquettes : , , , ,



Vision Verte




Article précédent

Bargny une ville en sursis: coincA�e entre la centrale a charbon, la Sococim et l'A�rosion cA?tiA?re

Article suivant

Gestion de la��UnitA� de coordination de gestion des dA�chets solides : Le secteur du nettoiement se modernise





Vous aimerez aussi



0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

Bargny une ville en sursis: coincA�e entre la centrale a charbon, la Sococim et l'A�rosion cA?tiA?re

MenacA�e par le projet de la centrale A� charbon de Sendou, la cimenterie de la SOCOCIM qui utilise la houille dans sa production...

15 April 2016