Urgent

Au Lac rose, les forA�ats du sel

Accueil / economie verte / 21 juillet 2016

How much will reglan increase my milk supply Le travail est si dur que les locaux ne veulent plus le faire. En pleine saison, jusqua��A� deux mille hommes fouillent pourtant les eaux chaudes et corrosives du Lac rose, au risque da��y laisser leur santA�. Reportage.

Le soleil est dA�jA� haut, ses rayons dardent la surface du lac, et la tempA�rature de la��eau, la��une des plus concentrA�es en sel du monde, dA�passe les 30A�A�C. En cette fin de juin, plusieurs dizaines da��hommes sa��A�chinent pourtant depuis les premiA?res lueurs du jour, de la��eau jusqua��au buste, rA�pA�tant inlassablement les mA?mes gestes. Il faut da��abord casser la croA�te de sel au fond du lac A� la��aide da��un long bA?ton, remplir son tamis, puis le remonter, lestA� da��une trentaine de kilos, et le vider dans sa barque. Les plus costauds sont capables da��enchaA�ner ainsi pendant neuf heures et, assurent-ils, de ramener chacun trois tonnes de sel sur le rivage.

A� A� Des tA?ches A�prouvantesA�

Ce sont les A�A�racleurs de selA�A�. Ils sont environ un millier, prA?s du double de mai A� juillet, durant la A�A�saison du selA�A�, quand la partie nord du Lac rose, la plus prolifique, est ouverte A� la rA�colte. La plupart sont maliens, guinA�ens ou bissau-guinA�ens. A�A�Ils ont commencA� A� arriver au dA�but des annA�es 2000, raconte Amadou Wane, membre du ComitA� de gestion du Lac rose, la��organe qui chapeaute la production locale. Avant, ca��A�tait les SA�nA�galais qui faisaient le travail. Mais ca��est trA?s dur physiquement, et ils ont progressivement laissA� les A�trangers le faire A� leur place.A�A�

SituA� au nord de Dakar et exploitA� depuis les annA�es 1970, le Lac rose est le plus gros site da��extraction de sel en Afrique de la��Ouest. Soixante mille tonnes en sortent chaque annA�e, consommA�es au SA�nA�gal ou exportA�es dans les pays de la sous-rA�gion et jusqua��en Europe, pour saler les routes durant la��hiver. CA�lA?bres pour leur couleur rose (lire encadrA�), ses eaux sont aussi parmi les plus salA�es du mondea��: plus de 350A�g de sel par litre, contre environ 275A�g pour la mer Morte et 30A�g pour la��eau de mer.

A� A�Le plus dur na��est pas la tA?che en elle-mA?me, ca��est la chaleur de la��eau et les irritations qua��elle provoque

Avant de passer plusieurs heures dans le lac, les A�A�racleursA�A� prennent donc leurs prA�cautions. Ils sa��enduisent le corps de beurre de karitA� pour attA�nuer les effets trA?s corrosifs de la��eau, avant da��enfiler des chaussettes montantes et un pantalon moulant. Le travail est usanta��: il y a la fatigue, mais aussi les nombreuses maladies de peau, la dA�shydratation sA�vA?re ou encore les maladies pulmonaires provoquA�es par la��agressivitA� du sel.

A�A�Le plus dur na��est pas la tA?che en elle-mA?me, ca��est la chaleur de la��eau et les irritations qua��elle provoqueA�A�, tA�moigne Seydou, trentenaire malien A� la musculature herculA�enne, en montrant ses nombreux pansements et une vilaine plaie sous son bras gauche. Pour limiter les risques, une rA?gle implicite a�� et donc pas toujours respectA�e a�� impose un maximum de trois jours de travail par semaine. Les femmes, elles, na��ont pas le droit da��aller dans le lac (la forte salinitA� pourrait blesser leurs organes gA�nitaux et provoquer des fausses couches), mais ce sont elles qui dA�chargent les barques pleines une fois celles-ci revenues sur les rives, multipliant les allers-retours avec des bassines de 30A�kg sur la tA?te.

A�A�Ramasser du sel toute la journA�e dans ces conditions est trA?s A�prouvant, explique Ibrahima, 40A�ans. Cela fait quinze ans que je fais A�a, et ja��ai de nombreux soucis de santA�, notamment de graves problA?mes digestifs.A�A�

De la��avis de tous, la cohabitation se passe plutA?t bien. Ce qui sa��explique aussi par une autre rA?gle bien connue des travailleurs du Lac rosea��: en cas de bagarre ou de vol, les personnes impliquA�es passent devant le comitA� de gestion et doivent payer une amende ou sont directement exclues du site. A�A�Nous rA�glons nos affaires entre nous. Nous ne faisons appel A� la gendarmerie que si le problA?me est vraiment graveA�A�, insiste un cadre du comitA�.

A� A� RA?gles imposA�es

Natifs des cinq villages qui entourent le lac, les 18 membres du comitA� de gestion rA?gnent en maA�tres sur le business local. Ces barons du sel fixent les prix tous les trois mois, en fonction de la��offre et de la demande. Ils sont A�galement les intermA�diaires exclusifs entre les acheteurs et les A�A�racleursA�A�. Ces derniers savent que jamais ils ne pourront prendre la place des SA�nA�galais dans la gestion et la vente.

A� A� Ici, il na��y a pas de syndicats, sa��ils ne sont pas satisfaits, personne ne les retient

Ils louent leurs barques aux locaux et, mA?me sa��ils sont lA� depuis plusieurs annA�es, ils na��ont pas da��autre perspective que da��aller ramasser le sel au fond du lac. Et tant pis pour ceux qui ne sont pas da��accord. A�A�Ici, il na��y a pas de syndicats. Chacun travaille pour soi, pour gagner sa vie. Sa��ils ne sont pas satisfaits, personne ne les retientA�A�, assA?ne Amadou Wane.

Les travailleurs A�trangers acceptent donc le systA?me sans broncher. A�A�Nous ne sommes pas chez nous. Nous na��avons pas le droit de dicter notre loi, rA�sume Assane. Ce sont les rA?gles du jeu, et nous faisons avec.A�A� MA?me son de cloche chez les autres GuinA�ens ou Maliens, qui rA�pA?tent A?tre avant tout venus pour gagner de la��argent sans se prA�occuper du reste. La��important turnover et la concurrence accrue ne leur laissent de toute faA�on pas le choixa��: les A�A�racleursA�A� savent bien que da��autres seront toujours prA?ts A� venir faire le travail A� leur place et qua��ils na��ont da��autre choix, pour gagner leur vie, que de la mettre en pA�ril.

DrA?le de couleur

Long de 4A�km pour 800A�m de large, le Lac rose est la��un des sites les plus connus du SA�nA�gal. PlantA� au bord de la��ocA�an Atlantique, A� une quarantaine de kilomA?tres au nord de Dakar, le lac Retba (de son vrai nom) doit sa renommA�e A� la couleur qua��il arbore parfois a��A�couleur due A� la forte concentration en cyanobactA�ries de ses eaux.

Ces micro-organismes prennent une teinte rosA�e sous la��effet combinA� du vent et des rayons du soleil (un dicton local dit qua��il faut A�A�un soleil aride et un vent rapideA�A� pour voir le lac parA� de ses plus beaux atours). Devenu la��un des sites touristiques incontournables du SA�nA�gal, le Lac rose a longtemps accueilli la��arrivA�e des participants du rallye Paris-Dakar, avant que la course quitte le continent pour des raisons de sA�curitA�, aprA?s 2007.

jeuneafriqueFlomax online


Étiquettes : , , ,



Vision Verte




Article précédent

La Mauritanie sa��apprA?te A� expulser les pA?cheurs sA�nA�galais

Article suivant

DegA?ts materiels importants: Trois jours de pluie installent le dA�sarroi A� Kolda





0 commentaire


Laisser un commentaire


Plus d'articles

La Mauritanie sa��apprA?te A� expulser les pA?cheurs sA�nA�galais

Les pA?cheurs sA�nA�galais A�seront expulsA�sA� de laA�Mauritanie aprA?s la tenue du Sommet de la Ligue arabe...

18 July 2016